Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

prose du matin

Publié le 23 Février 2017 par ruraledeprose

 

Un oiseau piaule Le petit matin a le temps

frisotté sous ses plumes

J'ai peut-être rêvé

L'horloge se plaint du fou-rire de l'aube

aux aiguilles de rosée pâle

J'ai peut-être aimé

J'aime à penser l'amour précieux

papillon sur l'épaule

Je n'y peux rien de mieux

A présent le jour arpente le salon

les mégots sont froids la bouteille est vide

le coeur balourd de nausée

L'oiseau s'est tu la nuit échouée

 

 

 

 

 

commentaires

convalesence

Publié le 27 Janvier 2017 par ruraledeprose

Je rentre en convalescence

Mes yeux ont besoin de repos

Mon cœur de battre moins tambour

Que voulez-vous le silence tout à coup

La porte refermée

Demain à huis-clos aux fenêtres de la vie

Je n’ai rien pu répondre

à la violence verbale insupportable

 

Le mur bleu sans doute fut trop haut

L’échelle trop courte

Je chercherai mes mots à présent

Dans des poches trouées

A l’assaut d’une seule vague de nuit

Je suis en convalescence

 

26 janvier 2017 – copyright patrick pérez sécheret

 

commentaires

Coup de gueule de nouvel an

Publié le 5 Janvier 2017 par ruraledeprose

 

Morose ambiance de fin et de début d’année. Les gens n’ont plus les moyens de rigoler, d’espérer. J’entends les gens modestes qui regardent sur tout pour vivre et qui n’ont pas eu le cœur à la fête et aux réjouissances heureuses. J’en ai croisé un bon nombre, étant présent sur Vitry pendant cette période. Tout semblait triste, les rues presque vides et en rajout des pannes de chauffage et d’eau chaude à répétition. La vie quoi. La vie imposée à ne plus rien attendre, à ne plus s’étonner des incivilités répétitives et qui empoisonnent le quotidien, des banderoles de merde d’art street sur le monument aux morts, l’avenue Guy Moquet qui ressemble, sur un tronçon, à un bourbier sans queue ni tête depuis quelques années…

J’ai entendu les propos des gens, de gens, des gens simples avec ou sans emploi, et qui ne demandent plus rien à personne car personne ne répond à leurs préoccupations ou presque. Certes, dans notre ville, les services publics fonctionnent, l’accès aux loisirs, aux sports, à la culture, est possible à moindre coût, de nombreux travaux contribuent à améliorer et à embellir la ville…

Cela n’y suffit pas car à l’angoisse du présent, d’un pouvoir d’achat médiocre, des charges qui pèsent sur les familles, du chômage, s’ajoute l’incertitude du lendemain. Les hommes politiques promettent mais leur vie n’a pas changé et ne change pas. Il n’y a pas de désillusion mais, malgré le pouvoir médiatique, les gens, des gens, pensent qu’ils sont abandonnés, livrés à leurs réalités, à leur précarisation. Et pour tout dire c’est presque vrai.

Pourtant, et c’est le propos que je tiens aux gens, à des gens, tous les jours, on peut changer les choses, avancer vers autre chose, participer aux transformations nécessaires par le vote, le bulletin de vote. Nombreux sont d’ailleurs celles et ceux qui se sont inscrits sur les listes mais, après, pour voter quoi et pour qui ? Ce n’est pas une petite question. Je défends auprès d’eux la candidature de Jean-Luc Mélenchon, expliquant qu’il porte la parole de ceux que l’on n’écoute plus ou pas, que celles et ceux qui sont à ses côtés sont aussi des porte-voix et que les propositions que nous faisons collectivement n’émanent pas d’un parti mais d’un mouvement citoyen.

Difficile d’expliquer que l’on veut modifier la constitution, le système électoral et instaurer une nouvelle république. Difficile de convaincre que l’on peut réellement imposer davantage ceux qui gagnent 20 fois le SMIC, taxer les grosses entreprises sur les bénéfices des gros actionnaires. Difficile d’expliquer que les choses sont possibles et que l’austérité n’est pas une fatalité. Mais il faut le faire, redonner confiance dans la solidarité, dans la possibilité en 2017 de produire une alternative en rupture avec toutes les politiques qui préconisent et appliquent l’austérité pour les plus modestes, les plus démunis.

Mais les gens, ces gens, ne s’en laissent pas conter. Ils veulent participer et ne pas reconduire des candidats qui ont accepté de voter des lois de régression sociale ou des candidats qui ne s’engagent pas dans cette alternative progressiste par intérêt partisan ou la soutiennent du bout du nez tout en présentant au nom de leur parti, donc de quelques milliers de militants, leurs candidats autoproclamés.

Les gens, des gens, comprennent que la démarche de la France Insoumise est novatrice et radicale dans sa volonté de transformation de notre société autour de Jean-Luc Mélenchon et de candidats issus d’assemblées citoyennes et non désignés par un parti, des candidats qui s’engagent clairement à soutenir une fois élus les propositions du candidat à la présidentielle, son programme. Les gens ne sont pas idiots. Il faut leur faire confiance à Vitry comme ailleurs.

Il faudrait que ceux qui font commerce de politique, sont en fonction, remettent un peu les pieds sur terre, dans les réalités de nos cages d’escalier, au cœur de la vie des gens. Les temps changent, la vertu du passé ni suffit plus au présent : il faut que les choses changent vraiment, il y en a marre d’attendre la concrétisation des promesses. Oui, les gens, il ne suffit pas de les entendre, il faut savoir les écouter et lorsque l’on s’adresse à eux avoir la pudeur de parler un peu de leurs problèmes individuels sans les noyer dans une masse informe ou une communauté d’intérêt électoral épistolaire.

Voilà c’est dit.

commentaires

Prose pour 2017

Publié le 2 Janvier 2017 par ruraledeprose

Peinture du jour de Jean-Jacques Laigre, copy-right 2017.

On voudrait dire une chose puis l’autre avec application

Ne pas se tromper de mot

En chantonnant

C’est important la parole

Ce n’est pas un lieu commun

Une simple fleur de rhétorique

 

Ceux qui mentent et travestissent la réalité

Ceux qui prient Dieu et méprisent les autres

Ceux qui réduisent l’espoir aux bénéfices du capital

Ceux qui réduisent les autres à la misère

Ceux-là n’ont pas de parole

Mais le ton du mensonge

 

On voudrait aimer sans fioriture et avec délicatesse

Ne pas oublier la couleur des caresses

En chantonnant

C’est important le geste

C’est n’est pas un lieu commun

 

Ceux qui copient-collent des vœux en kit

Ceux qui vont à la messe comme à la guerre

Ceux qui oublient les valeurs de la République

Ceux qui brodent des slogans sanglants

Ceux-là n’ont pas de geste

Ils sont amputés du cœur

 

On voudrait croire un autre monde possible

C’est possible

Il suffit d’un mot d’un nom sur un bulletin de vote

Il suffit de mettre le bulletin dans l’urne

De redevenir citoyen d’un simple geste

 

Ne vous mélangez pas les crayons en 2017

Ne confondez pas les torchons et les serviettes

Les généraux et les poètes*

Vos états d’âme et l’intoxication médiatique

Qui submerge votre quotidien

 

Pensez France Insoumise !

 

* chanson connue

commentaires

prose de nouvel an

Publié le 30 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

Pour vous souhaiter une bonne année originale et me rappeler à votre bon souvenir, je vous adresse ce poème à paraître dans un énième ouvrage au printemps prochain ainsi sans doute qu'un nouveau roman. Tous mes vœux sincères pour 2017.

 

Voici le temps venir de jeter l’inutile aux ruisseaux lents

Apeuré sans doute de l’audace des rives

Du parfum fauve des sous-bois

Je vous donne tout

Je solde l’ardoise des jours

Prenez en vos bras mes balles perdues

Mes printemps foudroyés d’écume

Aux vagues tristes des trahisons

Prenez tout à cœur ouvert

Dans les sanglots du monde

Il n’est rien de plus beau qu’un chant d’oiseau

Dont on ne sait pas même le nom

Prenez-le sous votre bras qu’il est chaud

Du millet à volonté

Quand nous étions muets en nos cavernes

Déjà il chantait et nous l’avons imité

Le langage est né conscience de notre humanité

Prenez tout vous dis-je

Ne perdez pas votre âme sur les sentiers défaits

Laissez la haine à ceux qui ne pensent plus par eux-mêmes

Il n’y a pas de fin du monde ni de l’histoire

Nous avons en nos mains les passages du gué

La mémoire allumée

Prenez juste mes mots

Comme ensemble ils essaient de s’aimer

Et bonne année

 

Patrick Pérez Sécheret – Copyright 2017

 

commentaires

Coup d'oeil sur le monde en fin d'année 2016

Publié le 27 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

D’abord chez nous, en France donc en Europe, nous avons passé le cap des 8 millions de pauvres. Mauvaise nouvelle. J’espère qu’ils sont inscrits sur les listes électorales pour renvoyer ceux qui prétendent poursuivre l’austérité qui précarise chaque année de nouveaux citoyens et surtout les jeunes…

 

Ensuite, mauvaise nouvelle de Turquie où les démocrates qui utilisent internet sont poursuivis, arrêtés pour injure au chef de l’Etat et soupçonnés de terrorisme. Ce pays gouverné par un dictateur détient le palmarès de journalistes emprisonnés. En quelques mois, il a liquidé 170 organes de presse, emprisonnés plus de 100 journalistes et annulé des centaines de cartes de presse. Les réseaux sociaux lui font peur : ils restent un espoir d’expression libre. Je sais qu’au Sud du pays doit se tenir une conférence sur le poète Nâzim Hikmet. J’y suis invité mais je ne pourrai pas m’y rendre à ce moment-là. J’ai adressé un poème de soutien à mes amis turcs et kurdes qui résistent à la dictature d’Erdogan dans des conditions difficiles.

[La dernière fois que je suis allé dans ce pays, pour présenter au centre culturel Nâzim Hikmet d’Ankara un livre de poésies, traduit en turc – un hommage au poète et à son ami Abidin Dino, aux manifestants de la place Taksim- ce centre a été saccagé par la police !]

 

Ensuite une bonne nouvelle pour le peuple Sahraoui : le comité de l’ONU contre la torture condamne le Maroc pour tortures et mauvais traitements sur des prisonniers sahraouis. Rappelons que 80% du territoire sahraoui est occupé, colonisé illégalement depuis 1975 par le royaume du Maroc et, qu’en attente d’un référendum d’autodétermination décrétée par l’ONU et qui tarde, le peuple sahraoui est spolié de ses droits et de sa terre. Le Sahara occidental est ainsi le dernier pays colonisé d’Afrique. La France, qui ne reconnait pas officiellement la souveraineté du Maroc sur ce territoire, laisse faire, comme l’Union européenne, et s’accommode d’accords commerciaux qui permettent au Maroc d’exporter à Perpignan des produits issus du sol sahraoui occupé, sans que cela profite aux sahraouis. Pourtant la Cour de justice européenne a pris un décret qui interdit que l’accord d’association entre l’UE et le Maroc s’applique au Sahara occidental… Il conviendrait que les candidats à la présidentielle en France prenne une position claire sur la question. Y compris le candidat que je soutiens : JLM.

 

Autre bonne nouvelle et juste : une résolution de l’ONU enfin adoptée condamne la colonisation illégale des territoires palestiniens par l’Etat d’Israël. Rappelons que, outre l’occupation illégale, cet Etat commercialise les produits palestiniens sous son label et que l’accord commercial d’association avec l’Union européenne permet l’exportation des produits détaxés sur nos marchés sans que le peuple palestinien puisse bénéficier des fruits des ventes en retour ! L’accord est basé sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques que l’Etat d’Israël viole depuis 1995 ! Le collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens a lancé une campagne pour la suspension de cet accord. Je ne sais si je vais la signer car le peuple israélien souffre déjà d’une crise économique grave et qu’il en subirait donc les conséquences… Ne vaudrait-il pas mieux contraindre Israël à reverser aux Palestiniens ce qui leur est dû, c’est-à-dire le fruit de leur travail sur leur territoire occupé et qui leur appartient de droit ?

 

 

commentaires

De l’état d’’urgence au coup d’Etat permanent : où en sommes-nous ?

Publié le 16 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

Anodin, un petit Décret pris le 5 décembre dernier confie au pouvoir politique le contrôle de la justice en créant l’inspection générale de la justice ! La Cour de Cassation est ainsi renvoyée aux oubliettes de notre histoire républicaine de séparation des pouvoirs. Dans quel but, quelle urgence ?

Devant ce décret, ajouté aux dispositifs de l’état d’urgence, devenu permanent, qui écarte le judiciaire du contrôle de l’application des mesures de police administrative, on ne peut que s’inquiéter des dérives autoritaires permises d’assignation à résidence, des gardes à vue prolongées sans recours d’un avocat, des restrictions de nos libertés fondamentales.

Autre signe sans doute lui aussi anodin : l’installation du régiment de la légion étrangère au Larzac, régiment jusqu’alors stationné hors sol de France et sur les champs d’opérations militaires au Mali ou ailleurs. Ce régiment de volontaires est censé manœuvrer sur des champs de bataille et faire la guerre au nom de la France...

En écrivant ces lignes, je pense à mes amis en Turquie où un Etat démocratique dérive vers une dictature de faits. En France, tous les ingrédients sont en place : à quelle fin ? Combattre les terroristes ?

Face à l’arsenal répressif disponible, face aux politiques libérales qui constituent un recul de civilisation, il nous reste les urnes, l’an prochain, pour refuser aussi le recul de nos droits et de nos libertés… Et surtout pour changer de Constitution !

commentaires

prose du jour

Publié le 15 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

Je ne sais pas ce que sera ma vie

Le reste d’ensemble

Le point d’un jour avorté

 

Je ne sais pas ce que je suis exactement

Un sarcasme volubile

Un sourire d’injure à la morale

Un pied de nez à la mort mortelle

 

Peut être juste un brin d’herbe folle

Un petit soleil pour quelques autres

 

Je suis j’existe encore un peu

Je cambre ma stature poétique

J’ai des poumons d’azur

Des réalités froides où dorment

Les massacrés d’Alep

 

Je suis sur toutes les routes

De la souffrance humaine

Des nations qui dressent le poing

Dans la déconfiture de jours en ruines

 

Je suis j’existe

J’aime

L’espoir toujours debout

Sans maître à penser

 

15 décembre 2016 – copyright patrick pérez sécheret.

 

commentaires

PRIMAIRES DU PS : AUCUN CANDIDAT NE PEUT RASSEMBLER LA GAUCHE !

Publié le 13 Décembre 2016 par ruraledeprose

Arrêter la casse de notre beau pays !

En gros, tous les prétendants à la primaire du parti socialiste (ce qu’il en reste) ont participé au gouvernement Hollande et donc soutenu ses politiques libérales dictées par la Commission européenne et la banque centrale. Le bilan est désastreux pour notre pays et chacun essaie de le faire oublier sans pour autant proposer de solutions autres que les vieilles recettes qui ont fait long feu.

 

Il sortira du chapeau un candidat désigné par quelques milliers de votes : le candidat du parti socialiste et non de la gauche qui reste fractionnée entre celle qui porte une alternative avec Jean-Luc Mélenchon et l’autre qui s’est rangée dans l’austérité permanente, la liquidation du code du travail, la régression de la sécurité sociale, celle qui maintient notre pays en état d’urgence inquiétant et porte atteinte aux libertés fondamentales. Le poulain socialiste sortit du chapeau aura bien du mérite à rassembler son camp, ses maigres militants, ses sympathisants mais c’est son affaire.

 

On me dira que la droite est dangereuse, certes, Fillon est une pâle copie de Le Pen en termes de propositions de programme même s’il s’en défend. Il supprimera 450 emplois de fonctionnaires (entendons des métiers utiles à tous dans les écoles, les hôpitaux, les crèches…) par jour soit 500 000 en cinq ans ! Il liquidera la sécurité sociale pour lui substituer les assurances privées que chacun devra payer et en fonction de ses moyens pour se couvrir et avoir recours aux soins, à l’éducation. Etc…

 

En gros, rhétorique mise à part, les candidats du PS et de LR, c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Le même fonds de commerce libéral du tout marché et de la toute concurrence entre les hommes et les territoires et qui mènera à une sorte de jungle où l’argent est roi et la précarité sociale le lot de la majorité des citoyens.

 

Ils font peur pour l’avenir, ils ont entre les mains l’arsenal répressif nécessaire pour imposer leur partitocratie technocratique et autoritaire sous le vernis des valeurs de la République (qu’ils ont mis bien à mal) et du rassemblement communautaire qu’ils souhaitent pour les couches moyennes du pays.

 

Leur discours est dangereux pour ce qu’il reste de démocratie car ils mentent et ne nous présentent qu’un prêt-à-penser conservateur et rétrograde.

 

Le vrai vote citoyen utile aura lieu en 2017 et il faut que la gauche d’alternative citoyenne, autour de Jean-Luc Mélenchon, soit en tête au premier tour pour combattre avec efficacité la droite et l’extrême-droite. Cette possibilité crédible commence à affoler les médias, la bourse et les planqués de la République car au bout, c’est clair, la France insoumise élue changera la constitution pour redonner le pouvoir de décision au peuple, pouvoir confisquer jusqu’alors via le 6e République par des factions qui ne représentent que leurs intérêts et ceux du capitalisme libéral mondialisé.

 

Il y a donc urgence à lire L’Avenir en commun*, le programme de la France insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon et de soutenir ses propositions au service de l’intérêt général humain !

 

 

*Je tiens ce livre à disposition sur simple demande au prix de 3 euros.

commentaires

Toutes les fontaines de la vie

Publié le 12 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

Me viennent à l’esprit de belles choses

Des dahlias des nuages des libellules

En concert de beau et de métamorphoses

La vie simplement crue incrédule

 

Qu’aurai-je besoin de paraître

Sur la scène d’un monde à naître

Jour après jour aux fenêtres

La vie doit être simplement une fête 

 

Après la lumière viendra la mort salope

Envelopper nos souvenirs de suies

Nos amours de trombes de Fallope

Et le désir d’aimer d’infini indécis

 

Et tous les malheurs du monde se plient

A cette symphonie sans rime ni raison

Mais je sais qui je suis d’où je viens d’horizons

Peuplés de printemps et de nuits

 

Qu’aurai-je besoin de comparaître

Au tribunal de la conscience humaine

Je n’ai fait que vivre d’après naître

Et de boire avide aux fontaines

 

Toutes les fontaines de la vie

Le savoir sur les choses et les êtres

La nature les rencontres avec autrui

Et d’ouvrir grandes toutes les fenêtres…

 

5 décembre 2016 – copyright patrick pérez sécheret.

 

 

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>