Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Encyclique de François, Pape, à lire...

Publié le 19 Juin 2015 par ruraledeprose

Encyclique de François, Pape, à lire...

Il n’est pas de coutume de saluer une production intellectuelle d’un chef d’église pour quelqu’un qui a la foi d’un charbonnier. Cependant, dans l’encyclique publiée ces jours-ci, faisant référence à Saint-François d’Assise : « l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale vécue avec joie et authenticité. »

Le Pape dit voir dans les décisions des sommets internationaux une soumission de la politique à la technocratie et aux finances ! « Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. » Le Pape ne s’adresse pas qu’aux croyants. « Une liberté économique seulement déclamée, tandis que les conditions réelles empêchent de pouvoir y accéder concrètement et que l’accès au travail se détériore, devient un discours contradictoire qui déshonore la politique. » A cela, il oppose le principe du bien commun de l’eau, du logement, du droit au travail, à la promotion de toutes les cultures.

Plus après : « Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune [la planète] inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer (…) L’humanité possède encore la capacité de collaborer pour construire notre maison commune (…) »

Il considère que « beaucoup de symptômes indiquent que les effets du changement climatique ne cesseront pas d’empirer si nous maintenons les modèles actuels de production et de consommation », car, « Pendant ce temps, les pouvoirs économiques continuent de justifier le système mondial actuel où priment une spéculation et une recherche du revenu financier qui tendent à ignorer tout contexte, de même que les effets sur la dignité humaine et sur l’environnement ». Plus loin : « Mais c’est le pouvoir lié aux secteurs financiers qui résiste le plus à cet effort, et les projets politiques. Pourquoi veut-on préserver aujourd’hui un pouvoir qui laissera dans l’histoire le souvenir de son incapacité à intervenir quand il était urgent de la faire ? »

Plus loin : « Toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. Le principe de subordination de la propriété privée à la destination universelle des biens et, par conséquent, le droit universel à leur usage, et une règle d’or du comportement social, le premier principe de tout l’ordre éthico-social. (…) L’environnement est un bien collectif, patrimoine de toute l’humanité, sous la responsabilité de tous. Celui qui s’approprie quelque chose, c’est seulement pour l’administrer pour le bien de tous. Si nous ne le faisons pas, nous chargeons notre conscience du poids de nier l’existence des autres. »

Enfin, après analyses et préconisations : « La politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas de soumettre aux diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie. Aujourd’hui en pensant au bien commun, nous avons impérieusement besoin que la politique et l’économie, en dialogue, se mettent résolument au service de la vie, spécialement de la vie humaine. Sauver les banques à tout prix, en en faisant payer le prix à la population, sans la ferme décision de revoir et de réformer le système dans son ensemble, réaffirme une emprise absolue des finances qui n’a pas d’avenir et qui pourra seulement générer de nouvelles crises… »

Une encyclique progressiste et humaniste à lire d’urgence, croyants ou incroyants. Elle confirme qu’il n’y a pas de fatalité et un seul chemin pour la mondialisation. D’autres disent la même chose mais l’appel au dialogue mérite écoute et lecture car « rien de ce monde ne nous est indifférent. »

Les citations sont extraites de : Lettre encyclique Laudato Si’ du Pape François sur la sauvegarde de la Maison commune.

Commenter cet article