Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Les Penseurs du fascisme ordinaire (3)

Publié le 8 Octobre 2015 par ruraledeprose

Les Penseurs du fascisme ordinaire (3)

Polémistes, philosophes, chroniqueurs, qu’importe, je veux parler ici de ceux qui passent sur les plateaux comme des mouches sur une bouse et délivrent leur message fascisant en slogan bien senti et repris en boucle par les commentateurs, la presse.

Et ceux qui s’offusquent de leurs petites phrases fienteuses sur l’Islam, la perte de l’identité française (pourquoi pas la francité !), l’invasion de migrants aux coutumes à l’opposé de nos valeurs traditionnelles occidentales chrétiennes, etc… et bien ceux-là sont tout bonnement des conservateurs, des réactionnaires, des ignares, qui ne voient pas les dangers pour notre race blanche (Morano dixit), notre culture na-tio-nale, la civilisation… et cela au nom des valeurs de gauche renvoyées aux poubelles de l’histoire ! Comprenne qui pourra.

Un peu de calme : ces beaux parleurs qui servent la soupe de l’idéologie qui domine notre société par médias interposés concentrés dans les petites mains d’une poignée de nantis, ne sont qu’une minorité, un dessus de panier aux fragrances réactionnaires les plus éculées et qui de tout temps ont toujours servi leurs seuls intérêts par l’exploitation de la condition humaine.

Mais, dans une société de plus en plus livrée au pessimisme, au repliement sur soi, à rechercher la faute des conséquences de la situation sociale désagrégée faite au grand nombre non dans les causes de la situation mais dans l’autre, il leur faut encore enfoncer le clou des ressentiments, s’acharner à la désespérance totale des gens, distiller toujours plus de mensonges et de haines. Ils préfigurent une société en voie de fascination néo-fasciste. Ils en sont l’avant-garde au fumet de ruine, de sang et de larmes, la petite troupe zélée de l’oppression extrême de l’âme et du cœur des individus.

Ces penseurs ne s’opposent pas à la marche économique forcée vers l’abime mais en rajoutent pour anéantir toute velléité de résistance, d’action, de réflexion sur un possible autre centré sur l’être humain.

J’ai bien noté que des voix autres s’élèvent pour dénoncer ces messagers du chaos, et d’autres pour confirmer que l’on peut faire autrement que de subir une situation imposée par le système capitaliste mondialisé et financiarisé. Il ne s’agit pas de vouloir ressusciter une idéologie de gauche qui a conduit à beaucoup de drames, mais de substituer au capitalisme financier sauvage, à sa capacité de nous faire nous-mêmes aller à l’abattoir, un mode de développement au centre duquel seul compte l’humain et la survie planétaire de l’humanité.

Opposons l’humanisme aux vieilles rengaines néo-fascistes ripolinées ! Cela, d’autant que la Cour de cassation, saisie par un négationniste néo-nazi, vient de demander au Conseil constitutionnel de statuer sur l’application de la loi Gayssot (1990) qui réprime tout acte raciste et la contestation des crimes contre l’humanité ! Dans le même temps, la Cour d’appel donne raison à Jean-Luc Mélenchon pour avoir qualifié Marine Le Pen de « fasciste ». La justice semble traversée comme notre société par des appréciations très contradictoires… Raison de plus de ne plus céder de terrain au grignotage des négationnistes.

Photo prise au 39, Rosenthaler strasse à Berlin, dans l'atelier du Juste Otto Weilt qui sauva les employées juives de son atelier de la barbarie nazie. Je lui rends hommage dans mon dernier livre paru : Rosenthaler strasse, 39.

Commenter cet article