Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Sans Titre

Publié le 22 Décembre 2015 par ruraledeprose

Sans Titre

Chacun est dans sa vie un assaut au malheur un désir de bonheur en sursaut inouï

[On a vu des peuplades soulever des montagnes croire le rouge sur la vague vous donner l’accolade On a vu de simples gens devenir des héros résister à la haine]

On a vu tant de choses que nos silences en sont bruissant

L’arbre à paroles a le mal de mer nos sentiments l’odeur d’encens

[Chacun fait son destin approche quelque Dieu sauveteur il ne reste que la couleur du sort]

On veut croire encore le soleil venir de l’intérieur de soi se frotter aux autres telle l’abeille à la fleur

Il n’y a pas de fenêtre sur l’azur de nous-mêmes

Mais les salves de poèmes à monter sur des tables devant d’assoupis prêtres

Chacun à son fil sur lequel il vogue à façon de lueurs qui s’éteignent lentement

L’amour saigne de ne pouvoir être sa propre vague éternelle

[On a vu sourire le monde l’espoir affiché ses drapeaux rouges et noirs parfois au fond de l’onde

Mais dans les puits aucune vérité ne bouge]

Chacun est dans sa vie commune quelque chose de profondément humain un bégaiement

à tendre les mains

On va pouvoir certes s’étendre un beau soir parmi les luzernes le souvenir du tendre

revêtu du linceul de notre orgueil en berne

[Nos souvenirs font ce qu’ils peuvent]

Mais il n’est pas encore temps L’espoir à des frémissements légers Le monde n’est pas qu’un casino

L’amour du prochain n’est en rien un salaud Il peut demain faire toujours plus beau

17 décembre 2015 – copyright - patrick pérez sécheret.

Commenter cet article