Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Israël colonise 150 hectares de terres agricoles près de Jéricho

Publié le 22 Janvier 2016 par ruraledeprose

Israël colonise 150 hectares de terres agricoles près de Jéricho

Cet acte signifie une nouvelle colonisation de la Palestine dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée. C’est un signe négatif pour une solution négociée de la paix permettant la coexistence de deux Etats. L’Union européenne timide a certes déclaré « sa ferme opposition à la politique de la colonisation d’Israël, aux démolitions de structures palestiniennes y compris des projets financés par l’UE, ou aux confiscations ».

Les colonies de Cisjordanie érigées sur des terres palestiniennes sont illégales pour la communauté internationale et un obstacle majeur à la paix. Cette situation ne peut qu’attiser les violences liées à une situation de non-assistance à un peuple en danger. Le secrétaire général de L’ONU estime « que l’absence d’horizon politique pour parvenir à une solution à deux Etats accroît gravement le risque que la situation devienne ingérable ». Il appelle « la communauté internationale à jouer un plus grand rôle afin de sortir de l’impasse ».

Face à cette situation, la France devrait réagir et porter une parole forte, condamner des actes illégaux au regard du droit international pour que l’accaparement de terres palestiniennes cesse, pour que des négociations reprennent susceptibles, par le dialogue, de concourir à une paix juste dans cette région sous les auspices des Nations Unies.

Par ailleurs, il y a débat et contre verse sur le sujet d’un boycott des produits exportés d’Israël et qui sont en provenance des territoires palestiniens. Les actions entreprises contre la commercialisation de produits palestiniens sous label israélien, sont légitimes. Elles protestent en effet contre une politique de colonisation des territoires palestiniens par l’Etat d’Israël.

Cette colonisationexploite un peuple, tire des ressources des ventes des produits exportés sans en reverser ce qui est dû aux palestiniens, tout en poursuivant l’occupation illégale de territoires. Un pays qui ne respecte pas le droit international, ses résolutions, qui agit comme bon lui semble en fonction de ses intérêts, au mépris d’une souveraineté partagée possible et permettant la coexistence de deux Etats, l’Etat d’Israël et l’Etat Palestinien, ne peut que se retrouver face à des protestations. L’étiquetage demandé par l’Union européenne est juste. Car les consommateurs doivent savoir qu’il y a spoliation et acte colonialiste. Comme c’est le cas dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc et des produits commercialisés dans notre pays sous label marocain.

Les événements récents à Jérusalem-Est ont mis en lumière que l’appropriation illégale de terres, de biens ou leur destruction, sont iniques, inacceptables et provoquent des protestations justifiées. Une protestation comme le boycott ne m’apparait pas être un signe d’antisémitisme, ni en France ni en Europe. Elle place l’Etat d’Israël devant ses responsabilités face au droit et conventions internationales.

Je ne partage donc pas l’amalgame qui est fait par le CRIF en France entre ceux qui protestent pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien et ceux qui propagent l’antisémitisme. L’Union européenne devrait suspendre les accords commerciaux avec l’Etat d’Israël pour que cette sanction puisse conduire à la reprise du dialogue et de négociations sous contrôle international pour un retour à la paix entre les deux peuples, dans le respect de leur souveraineté, de leurs Etats. Il reste clair que j’assume un engagement sans faille, pour condamner tout acte raciste, ou terroriste, à l’encontre de la communauté juive en France ou dans le monde, tout comme tout acte à l’encontre d’autres communautés et en l’occurrence palestinienne.

Je reste attaché aux valeurs de respect mutuel sans pour autant considérer que les opinions doivent être uniformes ou se taire face à l’injustice, au non- respect du droit et des conventions internationales. La France devrait peser davantage en ce sens, celui de la paix et du dialogue. Et cela, sans subir ni menace ni pression quelconque, nous n’avons pas besoin de nounou pour nous rappeler à l’ordre face au racisme et donc à l’antisémitisme. Les choses sont trop graves.

(photographie : Michel Aguilera Munoz - copyright)

Commenter cet article