Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

L’écriture est-elle une thérapie ?

Publié le 23 Septembre 2016 par ruraledeprose

L'architecture est aussi une écriture
L'architecture est aussi une écriture

Animant des ateliers d’écriture mensuels, je me rends compte des possibilités que recèle et produit l’acte d’écriture en matière de mieux être pour certains . Ecrire, en avoir envie, se doter des outils de style disponibles pour cette pratique, notamment poétique, n’est pas évident. Pourtant c'’est en écrivant que l’on écrit…

Permettre à ceux qui n’ont pas une pratique régulière de l’écriture, d’appréhender la palette d’outils des possibilités d’expression de celle-ci, est donc l’objectif des ateliers. Non pas apprendre à écrire mais à s’exprimer, à exprimer par les techniques rédactionnelles, leurs genres et leurs figures de style.

L’envie vient du plaisir éprouvé à formuler une pensée, un sentiment, une épreuve, une joie, une peur et à le partager. Ecrire révèle ou réveille chez les uns à la fois la mémoire, le besoin de formaliser une mise à jour avec son histoire personnelle, son contexte, les difficultés à surmonter les obstacles que celui-ci et les autres vous imposent, et donc une approche d’un devenir de soi apaisé, d’une estime de soi trouvée ou recouvrée.

Au plaisir procuré de pouvoir exprimer, écrire ou dire et dire des choses générales ou davantage liées ou non à sa propre intimité, survient une sorte de frustration, de non abouti d’une démarche émancipatrice, de choses enfouies, cachées, niées parfois, des choses simples ou complexes qui bornent un vécu, une aventure personnelle, une vie et finissent par en être un handicap ou un monologue douloureux.

Comment aller au-delà de l’atelier d’écriture, permettre de prolonger le dialogue, l’écoute attendus ?

Je note à chaque atelier que le non-dit est constamment en marge du dire ou du formulé dans un exercice, que le temps d’échanges, de paroles, est presque le double du temps consacré à l’écriture ! Cela me paraît immense. Pour pouvoir écrire, il faut des outils, quelques ingrédients mais surtout parler, dire, exprimer de vive voix, souffler.

J’ai donc engagé le processus de séances individuelles et me suis rendu à l’idée que mon activité d’écrivain-poète-animateur, celui qui donne des clefs, des méthodes pour écrire, allait bien plus loin. Je pouvais participer à une reconquête d’un peu de soi d’autrui par lui-même et lui ouvrir un espace de respiration, de compréhension de sa vie.

Mon activité s’apparente donc à ce que je nomme sans prétention écritothérapie en référence aux premières formes de l’écriture, au verbe scribere qui signifiait tout à la fois les marques infligées dans la matière, pierre, roche, arbre, des entailles, des traces, un vouloir dire donné à partager. L’homme a commencé ainsi sur les parois des cavernes à raconter, se raconter, des traits puis des dessins plus élaborés, des peintures. Scribere s’apparente à la gravure, au tracé de figures, à l’écriture visuelle comme outil et comme rapport fait de quelque chose : un bilan comptable de kilos de blé produit et échangé, un cœur gravé sur un tronc.

Les séances personnelles sont précédées d’un entretien préalable consistant à connaître ce que l’autre attend et entend par écriture et pour ne pas le leurrer sur un résultat quelconque de ses souhaits car je ne m’occupe pas d’une pathologie qui ne relève pas de la pratique envisagée : une technique, un outil, une grille de lecture.

Je pars d’un constat simple : le rapport entre notre corps et notre esprit, le psychologique et le physique, leur interaction et le lien fait entre eux par l’acte d’écriture qui, certes, peut être un exutoire mais aussi une douleur libérée comme on se dénoue la gorge. L’écriture et donc la possibilité de la lire pour soi ou à d’autres à haute voix n’est pas une thérapie mais un outil pour trouver l’estime de soi dans sa propre vie et l'estime des autres pourquoi pas.

Patrick Pérez Sécheret

Ecrivain-poète

Notes réflexives sur la pratique des ateliers d’écriture.

Commenter cet article