Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Poème-tract à mes compagnons turcs et kurdes

Publié le 22 Novembre 2016 par ruraledeprose

 

Il était un pays à tête de jument courant vers la mer Egée

Un pays fertile où la poésie circulait librement de ses rives au Taurus

Avec des vagues de livres et de paroles ourdies de soleil bleu

 

Il était un pays forgé dans l’histoire du crépuscule ottoman

A la force de ses poings les pieds en guenille dans le froid et la neige

Avec les dessins de Dino Abidin les nouvelles de Nesin Aziz

 

Il était un pays d’écriture neuve et sa république laïque

Avec ses vestiges des civilisations passées des empires effondrés

Avec ses coutumes sa musique profonde et l’éternelle Istanbul

 

Mais ils ont piétiné les roses mis les journalistes en prison

Les médias sous contrôle ils ont mis le voile sur l’université

L’école primaire même ils ont jeté les libertés aux poubelles

 

Mais votre pays vous son peuple demeurés debout sous l’averse

Ô mes amis, mes compagnons du progrès et des fraternités

Ils n’auront pas raison de vous malgré leur haine religieuse

 

Ils ne pourront pas éteindre vos voix museler vos pensées

Il fait juste un temps à faire fondre du plomb voilà tout

Un temps de résistance pour vos droits de l’homme et de la femme

 

Et dans ce temps de frénésie où ne sont absouts que les voyous

Les violeurs et les nouveaux vizirs aux visions crépusculaires

Nous resterons ensemble debout dans la clarté qui s’avance

 

 

22 novembre 2016 – patrick pérez sécheret – copyright.

 

En italique : vers de Nâzim Hikmet.

 

Commenter cet article