Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Victoire de Trump : déliquescence des valeurs américaines

Publié le 9 Novembre 2016 par ruraledeprose

L’automne en rafales apporte des nouvelles du monde époustouflantes, épouvantables aussi. Tout est possible sur notre planète même et surtout le pire. Voilà donc que l’empire américain sera dirigé par une espèce de demeuré inculte incapable d’aligner trois phrases cohérentes. Tout ce que recèle de haine, de ressentiment racial l’opinion du peuple américain est à présent à nu. L’Amérique se protège, croit-elle ainsi, de ses propres inconséquences démocratiques en portant au pouvoir un milliardaire iconoclaste pour les valeurs d’équité, de justice sociale, de solidarité et de fraternité.

 

Cette élection fait à présent peser sur le monde la menace d’une déflagration guerrière car de tout temps, de tout empire en décadence, c’est la guerre qui devient l’issue ultime quand les rouages de la démocratie sont épuisés par l’inconséquence des gouvernances successives qui n’ont fait qu’aggraver la condition sociale du peuple. Le repliement face aux intrusions barbares (haro sur l’immigré) et le protectionnisme petit-blanc sont aux manettes d’une puissance indéniable d’énergie et qui peut embraser encore davantage notre planète, la précipiter dans le chaos climatique, les conflits ethniques, la terreur sécuritaire privative de libertés fondamentales, la dictature masquée derrière la technocratie et le recours à la force sur le droit.

 

Nous allons bien voir de quoi il retourne et très vite hélas. Les sauveurs suprêmes nous ont pourtant habitués au cours de l’Histoire à d’inévitables catastrophes… Mais voici que les peuples repassent le même plat comme des moutons formatés pour se conduire eux-mêmes exaltés à l’abattoir ! Restons cependant optimistes en ce tragique monde qui est le nôtre : tout est possible même du meilleur ! l’avenir n’est jamais clos au présent et le présent toujours modulable à force de résistances et de ténacité de la part des hommes libres penseurs et vaccinés par les idéologies. Car personne ne peut, ne pourra dire  que nous ne savions pas.

 

Tous les empires s’effondrent pour laisser un beau jour place au printemps du progrès… Trump, ni personne, ne peut rien contre cette loi du genre où la contradiction est dans la contradiction le germe du renouveau d’un vieux monde failli. Certes, il y a, il y aura sans doute des conséquences douloureuses, sans doute beaucoup de sang versé encore et encore, mais l’inévitable printemps viendra clore l’époque de l’hiver et de la haine des cœurs.

 

Ceux qui prédisent le pire (donc Le Pen chez nous en 2017), qui acceptent que cet hiver des cœurs s’installe inévitable pour permettre le renouveau, ceux-là perdent raison et sont prêts au vote du basculement techno-fasciste. Face à leur renoncement, à leur désespérance, gardons-nous des divisions de chapelles, d’écuries, et travaillons à élargir l’alternative en route autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon loin de la politique spectacle et ses discours démagogiques et sécuritaires.

Commenter cet article