Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

DEUX MILLE DIX SEPT (poème-tract 2)

Publié le 12 Décembre 2016 par ruraledeprose

 

Si tu te tais mon frère les fleuves seront saccagés

On marchera sur les fleurs sur les visages de l’aube

 

A nouveau la laideur de la haine

Croisera les bras sur les trottoirs du pays sans voix

 

Si tu te tais mon frère le ciel flambera de sang

Les avenues seront pleines de morts vivants

 

Agitant les drapeaux sinistres d’autrefois

La mémoire aura recousu son linceul

 

Si tu te tais mon frère les enfants seront cloués au missel

Dans un uniforme noir épelant la doctrine

 

Qui toujours mène à la négation d’un autre

A la délation mortifère d’autrui

 

Si tu te tais mon frère à quoi bon vivre

Le cœur assis entre deux rives le futur assassiné

 

A quoi bon s’être aimé les poèmes alors

Entre nos mains d’inutiles sanglots

 

Mais tu ne te tairas pas mon frère

Nous serons les Mutins de deux-mille-dix-sept

 

12 décembre 2016 – copyright patrick pérez sécheret.

Commenter cet article