Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Tartare chaud de nénuphars à la truffe (recette mongole)

Publié le 24 Août 2017 par ruraledeprose

Choisir des nénuphars en fleur bien étalés sur l’étang avec une batte ou même une rame de barque puisque vous devrez en emprunter une pour la cueillette. Les tenir à plat. Attraper au moins quatre grenouilles bien en chair, les assommer contre la barque en les tenants par les pattes arrière. Elles ne souffrent pas de ce coup du lapin et seront détendues pour la découpe. Choisir une belle truffe de chien ou de chat, plutôt jeune, ou même de rat d’égout ou des champs de préférence et la faire tremper une heure dans du vinaigre blanc. Faire revenir les cuisses de grenouilles dans un peu d’huile d’olive (après leur avoir couper les quatre palmes avec un sécateur et la tête avec un petit hachoir puis retrousser la peau comme pour un lapin et jeter le tout sauf les cuisses bien sûr). Mettre un couvercle sinon les cuisses vont sauter de la poêle : une réaction nerveuse.  (Oui, je sais tout cela est horrible… et l’agent de la SPA va encore m’attaquer en justice mais au regard des milliers de morts en Somalie, en Syrie et ailleurs, ce n’est qu’un crime nain). Egoutter la truffe et l’essuyer soigneusement avec un torchon propre en coton puis la débiter en tranches fines puis faire juste saisir avec un peu d’oignons émincés en retournant pour qu’elles s’attendrissent. Mettre le tout ensemble quelques minutes le temps que fondent un peu les nénuphars, poivrer d’Espelette  et arroser d’un cognac russe à chaude poêle. Faire flamber et accompagner d’une salade romaine assaisonnée. On peut déguster avec une vodka glacée mais en prenant soin d’avaler sans tenir dans la bouche. Ce qui fait qu’un mélange d’arôme vous ravira avec des effet bénéfiques pour l’estomac.

 

Pedro de la Cosina antiqua

Maître queue

 

[A noter que, outre des bufonidés, crapauds du pays, les Mongols utilisaient des fleurs qui avaient de mêmes propriétés que l’ail et dont le nom vernaculaire est gogja et aussi parfois une sorte d’absinthe qui pousse en touffes gris vert.Dans la recette ici la gogja est remplacée par l’ail. La truffe n’est pas indispensable, on peut préférer de la joue de porc ou de boeuf]

Commenter cet article