Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

T'es gonflée : une bouquine qui détonne bien.

Publié le 28 Octobre 2010 par ruraledeprose dans actualité lecture de l'auteur

Ce roman ou chronique échappe à la critique. L’écriture limpide croquant des personnages sur le qui-vive, ballotés par l’accélération d’événements saugrenus, engagés dans un complot improbable et hirsute d’enlèvement d’un dirigeant politique, une héroïne mi-pétroleuse mi-PDG en butte aux aléas techniques et mercantiles d’une création d’entreprise à part du marché (et sans part de celui-ci), un train d’enfer en phrases courtes ciselées, tout l’ensemble tient la route et vous conduit à fond la caisse dans une intrigue cousue-main dont on se fiche d’ailleurs éperduement. L’auteure n’enfile pas de perles pour autant, le fil conducteur de son récit cahotique tient en haleine, ressemble à ce quotidien qui nous glisse entre les doigts, à ces redemptions de résistance qui nous assaillent et permettent tout compte fait de ne pas deséperer d’un Billancourt des femmes émancipées ou qui tentent de l’être en repoussant les avances des mâles pas très heureux de subir les assauts intuitifs de Virago éffrontées qui luttent des femmes sans barguigner. A lire pour se rassurer au petit bonheur des dames qui foncent, citoyennes souveraines de leur vie. Enfin croient-elles. Mais sans utopie comment parfaire le monde de nos sexes, débaptiser le sacro-saint perdurage de la suprématie masculine sur la société dans les esprits ? Mais, bon, je divague et l’ouvrage déjanté de Emmanuelle Barbaras, mais vraiment bien déjanté, je veux dire bien foutu (quoi que ce ne soit pas un compliment à faire à une dame...) est caustique, tendre, bien venu et très gonflé. A ne pas conseiller aux serrés du cul patriarcal et machos, quoi que...

 

Patrick Pérez Sécheret

 

T’es gonflée, roman de Barbaras Emmanuelle, Les points sur les i.

commentaires