Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

prix jean l'anselme 2012 à Jean-Pierre Déléage pour Abidine Dino

Publié le 20 Décembre 2011 par ruraledeprose

Le 13 décembre 2011, en présence de Madame Guzine Dino et d'une centaine de personnes, le premier prix Jean L'Anselme a été décerné à l'ouvrage de Jean-Pierre Déléage "Abidine Dino ou la main qui s'envolait", essai de biographie de ce grand peintre ami de Nâzim Hikmet.

commentaires

prix jean l'anselme 2012 décerné à Jean-Pierre Déléage

Publié le 13 Décembre 2011 par ruraledeprose

 

prix littéraire jean l’anselme _________________________________

13 décembre 2011

 

 

Le Prix 2012

a été décerné à

 

Jean-Pierre Déléage

pour son ouvrage

Abidine Dino ou la main qui s’envolait

 

par les membres du Jury :

Patrick Pérez Sécheret, écrivain-poète, directeur du prix,

Alain Guillo, éditeur Les Points sur les i,

Carole Aurouet, auteure, universitaire,

Roland Nadaus, poète,

Jean-Pierre Lemesle, poète,

 

 

en présence de Madame Güzin Dino,

Sükrü Munoglu, Président de l’Amicale France-Turquie, Alain Guillo, éditeur, Coskun Aral, cinéaste,  Monsieur le Consul Général de Turquie en France,

Monsieur l’Ambassadeur de la Turquie à l’UNESCO, Monsieur Jean-Claude Kennedy, 1er Adjoint au Maire de Vitry, Madame Sophie Germa, Adjointe

à la culture, Madame Evelyne Rabardel, Vice-Présidente à la culture

du Conseil Général du Val-de-Marne.

 

Les Points sur les i éditeur

67 Rue Saint-Jacques 75005 Paris

www.i-editions.com

commentaires

La Maison de Tiergarten (poème du jour)

Publié le 8 Décembre 2011 par ruraledeprose

La vieille dame écoutait un vieil air démodé

sur un phonographe

La jeunesse était en guerre les rutabagas l’ordinaire

le couvre-feu à la tombée du jour

un suaire sur les villes éteintes

La vieille dame épelait son passé au présent

avec des gants en dentelle noire

elle lisait quelques vers de Heine

Holderlin en secret

La vieille dame dansait dans sa tête

avec un soldat du stalag 21

parti sur le front à Stalingrad

La vieille dame près de Tiergarten

abritait trois familles juives

dans les caves et les combles

de sa maison :

personne n’a jamais su

Après les bombardements alliés

ne resta plus âme qui vive

juste un gamin nu

 traversant les ruines

un hochet de bois désuet

à la main qui lui restait

Sous les ruines le vieux phonographe

jouait toujours une chanson d’amour

en sourdine une épitaphe

et la vieille dame dansait

avec ses gants de dentelle noire

sur les cendres et sur l’oubli

La vieille dame avait vingt ans

dans les cheveux des ritournelles

au coeur un jeune homme

au regard d’océan triste

ouvrier du labeur

des bas de casse syndicaliste

et l’amour sur les ruines

sur le vieux phonographe

écrivait d’une aiguille

sa dédicace

aux branches de laine

de Tiergarten

 

 

à la mémoire de Hanelore.

commentaires