Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

souscription pour la tête dans un coquillage!

Publié le 21 Septembre 2012 par ruraledeprose

souscription

 la tête dans un coquillage

 

 patrick pérez sécheret

peintures originales de jean-jacques laigre

 

 

       dans quelques jours paraîtra un nouveau livre du poète-écrivain patrick pérez sécheret (amapola éditeur). pour celles et ceux qui suivent cet auteur depuis des années et apprécient sa façon particulière de dire le monde, d’exprimer ses rêves et ses coups de gueule, la tête dans un coquillage constitue à la fois une suite et une mutation. l’auteur dessine sur les plages et les pages des colportages, des éloges sobres aux amis disparus, dialogue avec les arbres, les souvenirs, les lecteurs. il ouvre un infini bordel de couleurs, agence les mots et les rimes brisées pour traduire une émotion sans fard, révéler sous l’anodin une prouesse d’espoir, un regain de fraternel hymne aux autres. poète inclassable, d’aucune écurie, d’aucun club, franc-tireur de salves, casseur de sonnets, sa poésie respire la fronde, l’humour parfois ou la gravité des saisons, sans jamais, même lorsqu’il évoque l’amour et l’étreinte, le sexe, franchir le pas de l’indécence. pérez peut tout vous dire, se frotter aux nuages des yeux, franchir les fleuves de l’imaginaire, tutoyer les chênes, exiger la paix en telle ou telle contrée, monter sur les tables pour que le texte surgisse de la typographie et touche les oreilles des auditeurs. il y a tout et de tout dans ce nouvel ouvrage assez époustouflant de modernité mais surtout de sobriété, de précision. Avec des va-et-vient de la mémoire l’auteur est lui-même et un autre, oscille entre l’hier et le présent, commente ses frasques, ses peurs, ses petits bonheurs, les malheurs des autres, ses animaux de compagnie ou ceux qu’ils croisent autour d’un verre ou d’un vers brisé. pérez n’aime pas la conformité ni le désordre mais franchement il exprime avec force et une grande gentillesse une humanité cinglante et irrémédiablement optimiste. en souscrivant, vous aiderez l’éditeur qui lui fait confiance. merci à vous. amapola.

 



la souscription pour cet ouvrage est à adresser à l’auteur, patrick pérez sécheret, 145 avenue paul vaillant couturier à vitry-sur-seine 94400 (en règlement par chèque à son intention) ou à commander sur le site amapola : www.dominique-ottavi.com

vous pouvez contacter directement l’auteur :

p.perezsecheret@free.fr ou perez-secheret.over-blog.com

 

 Fiche technique : 184 pages, couverture quadri,

deux peintures originales, dos carré collé,

impression atelier demaille à  alfortville,

amapola éditeur à ajaccio.

 ISBN : 978-2-917215-02

 15 Euros TTC (hors port postal)

 

 

 

commentaires

procès en Turquie contre les journalistes et intellectuels

Publié le 12 Septembre 2012 par ruraledeprose

Dire d'un poème la grande amitié avec le peuple turc et dire aussi la solidarité avec les turcs kurdes, me semble indispensable pour la liberté d'opinion, d'expression, la liberté de la presse.

 

Je suis atteint de turquitude

par la jambe gauche

depuis quarante ans

 

Je cause du peuple d’Anatolie

avec les mots Nâzim

les fleurs d’Abidin

 

De la tête aux pieds

je suis turc

un gros mot sur l’azur

je suis kurde turc

 

Pour trois fois moins que cela

journalistes universitaires

cinéastes écrivains

sont poursuivis en Turquie

 

Que faire aurait dit Lénine...

 

Monter sur les tables des tavernes

arranguer de poèmes

 les présences humaines

dire les mots Nâzim

les fleurs d’Abidin

 

oui grimper sur les tables de bistrots

verser au pot commun des larmes

l’idée de résistance

 

dire des mots feux

éclairer la pénombre tentaculaire

de mots de liberté kurdes

de liberté d’expression

ouvrir les ailes

du présent bleu

dénouer les procès iniques

 

Je suis atteint de turquitude

au bout des ongles

 

nomade d’une planète

universelle

 

je suis turc

 

commentaires

Syrie : comment dire l'horreur?

Publié le 12 Septembre 2012 par ruraledeprose

commentaires