Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Score du FN : parlons de catastrophe nationale et non d’un séisme…

Publié le 27 Mai 2014 par ruraledeprose dans politique

A quelques jours du 70e anniversaire de débarquement en Normandie, moment décisif pour la libération et la restauration de la démocratie, c’est un fait avéré, le 25 mai dernier, 69% des électeurs votants ont désapprouvé les politiques du Président Hollande-Sarkozy. Presque 57% des électeurs inscrits se sont abstenus, un peu moins qu’en 2009.

 

Ce qui fait que depuis 1972, donc 42 ans et depuis le 1er tour de la présidentielle en 2002 où il engrangeait 17,9 %, cette fois le Front National, et à la proportionnelle, engrange 25 % d’électeurs dont nombreux sont de deux nouvelles générations n’ayant pas connu la guerre même d’Algérie.

 

24 députés pour le FN sur 140 députés contre l’Europe au total envoyés à Strasbourg en toute démocratie. Cela commence à faire du monde à Strasbourg ! 1/5e du parlement !

Cela se produit après les élections municipales en France où la politique gouvernementale a été sanctionnée, où 11 mairies sont passées aux mains du FN qui a à présent des centaines d’élus un peu partout sur notre territoire.

Mais cette fois c’est assez clair : 43% d’ouvriers, 38% d’employés, 37% de chômeurs ont voté pour le FN… Cette fois c’est bien tout le territoire national qui s’infecte et ressemble à un gruyère.

1 seul électeur sur 3 a voté pour la gauche qui fait un score de 32% toutes formations confondues.  13,98% pour le PS (13 sièges), 8,91% pour les Verts (6 sièges), 6,34% pour le Front de gauche (3 sièges). L’UMP-UDI ramassent 30,49% dont 9,7% pour la seule UDI (20 sièges). Bref, toutes les formations politiques de droite et de gauche reculent.

 

En Europe, seul Tsipras, en Grèce, peut-être est une consolation pour la gauche européenne avec un score de 23,17% qui place cette formation en tête dans le pays mais Aube dorée (nazis grecs) est à 9,3%. L’Italie place en tête le Parti démocratique. Au Danemark, en Angleterre, en Hongrie, en Autriche, en Suède, les anti-européens et populistes progressent.

Derrière tout cela, il y a les conséquences des politiques d’austérité et de régression sociale, l’Europe des  banques auxquelles la banque centrale européenne prête de l’argent qu’elles prêtent ensuite aux Etats ! Derrière tout cela, il y a un long matraquage médiatique pour convaincre qu’il n’y a pas le choix, qu’il faut faire avec la mondialisation, se serrer la ceinture…

C’est une offensive massive du capitalisme dans l’économie réelle, le système financier mais aussi un formatage des esprits à la fatalité, au renoncement, ce sont les idées dominantes de la jungle qui s’installent. Et les politiques au gouvernement depuis des années ont laissé et laissent faire.

Derrière tout cela, il y a aussi le rejet croissant d’autrui indexé comme coupable, profiteur, l’étranger, le dealer, le rom, le musulman demain le juif… Les boucs émissaires ne manquent pas : immigrés, RSA, bénéficiaires de la CMU, tous ces gens qui profitent sans rien faire !  Même ceux qui travaillent sont culpabilisés : ils peuvent faire des économies, dépenser mieux et moins, gagner moins, payer plus d’impôt… La société se décompose, se fragmente dangereusement. Mais pas pour tout le monde. A côté de nombreux quartiers presque abandonnés dans certaines villes ou les nouvelles, il y a les résidences, le confort, la sécurté… (Combien de flics à Neuilly et combien à Mantes ?).

Donc, plutôt que d’être émotif ou atterré par la catastrophe annoncée depuis des années, demandons-nous à gauche de la gauche socialiste, nous qui avançons avec le Front de gauche dans divers partis ou mouvements, si nous sommes audibles pour les gens qui se retrouvent seuls face à leurs problèmes, à leurs difficultés, si nos discours n’ont pas contribué au rejet en bloc des partis et à une forte abstention.

Demandons-nous si les arrangements à la carte lors des municipales dans bien des endroits n’ont pas incité nos électeurs à rester chez eux ou même à voter pour le FN.

Demandons-nous si ce n’est pas le moment de revoir la stratégie recroquevillée du Front de gauche et réfléchir et provoquer une ouverture sérieuse, des discussions sérieuses avec les Verts, avec des sans parti et des socialistes qui ne veulent plus de la politique actuelle gouvernementale, pour provoquer une sorte d’assemblée constituante qui pourrait acter la création d’un mouvement de gauche dans lequel l’ensemble des formations se refonderaient dans une démarche unitaire et ouverte à tous les courants de pensée progressistes, d’une façon non verticale, à l’écoute des citoyens engagés.

Même avec un PS effondré, une stratégie de front (de gauche) contre front (de droite et d’extrême-droite) est dangereuse et mènerait à la catastrophe car l’hypothèse valable d’une recomposition des alliances UMP/PS/UDI ne ferait que colmater et retarder la catastrophe puisque les politiques menées sont sœurs siamoises depuis des années au plan national.

Il faut refonder la gauche sur les valeurs républicaines, sur l’idée d’une Europe des peuples et surtout en explorant les pistes d’une alternative à partir des biens communs faisant prévaloir l’usage sur la propriété, à partir d’un autre choix que l’opposition Etat et marché car leur collusion est avéré avec les politiques d’austérité depuis des années.

Cela pose aussi la question de la démocratie, du système même de l’appareil étatique, du système de représentation du peuple, des citoyens et du rôle des partis. Il appartient à chacune et chacun de participer à cette recherche du moyen de sortir d’une situation qui pourrait repasser les plats de l’histoire et là on connait déjà les bénéficiaires : les banques et les industriels contre les populations, contre le peuple par l’autoritarisme, la dictature.

Notre démocratie permet de prendre ce chemin tragique, la fragmentation de notre société s’y prête. Le dernier scrutin du 25 mai est révélateur d’une pensée qui n’est pas celle du moment mais d’une situation et de ses conséquences sur les populations. Fermer les yeux, jouer les absents, les guides ou les tribuns n’y changera rien. Tout va dépendre de l’union nouvelle des forces de progrès dans notre pays, de leur humilité pour accepter un autre mode de pensée que l’Etat contre le marché, une autre organisation de la société où les décisions souveraines sont prises le plus directement par le peuple donc en proximité et surtout où les décisions prises sont respectées et appliquées.

Trop d’hommes politiques, à tous les niveaux, souvent seuls ou en petits conclaves décident du devenir des autres.

Pour ma part, je ne peux pas grand-chose mais je n’envisage jamais le pire et je crois à la politique c’est-à-dire à l’organisation que se donnent les hommes pour vivre en société. Quand celle-ci n’est pas bonne, éculée, il faut la changer. Faisons donc de la politique, une vraie, qui réponde aux besoins communs de tous. Donnons-nous en les moyens.

 

Patrick Pérez Sécheret – 27 mai 2014.

 

 

 

commentaires

Réveille-toi Nâzim!

Publié le 16 Mai 2014 par ruraledeprose dans actualité lecture de l'auteur

A Soma en Turquie

on meurt au travail

on brûle dans les mines

Nâzim

comme fétus de paille

pour une poignée de dollars la tonne

à Soma en Turquie

Nâzim

L’air est lourd comme du plomb…

A Soma en Turquie

des hommes sont bêtes de somme

pour la Soma Holding

Nâzim

les femmes et les enfants

les sœurs et les frères versent des larmes

de colère de douleur

pour Mustafa Ocan Aziz et Nejat...

Nâzim

 

Aujourd’hui encore

A Soma en Turquie

on assassine les hommes

au nom des profits

de la Soma Holding

dans ton pays

Nâzim

on recherche nos morts

sous les éboulis de pierres

la rage au coeur

on enterre nos frères

Nâzim

L’air est lourd comme du plomb

Il faut faire fondre du plomb Nâzim !

  

Patrick Pérez Sécheret

15 mai 2014, Honfleur, France.

commentaires

Rendez-vous à Lodève Festival de Poésie en juin

Publié le 12 Mai 2014 par ruraledeprose

pps-0100.jpgPatrick Pérez Sécheret, poète-écrivain, sera présent avec Dume Ottavi aux rencontres de Lodève du 16 au 20 juillet prochain. amapola tiendra un stand animé de mots et de musiques et vous présentera ses livres, ses projets. Je dédicacerai mes derniers parus, en poésie : La tête dans un coquillage et Songe d'un jardin de printemps, en roman : Rosenthaler strasse, 39. A bientôt !

commentaires

Il faudrait...

Publié le 5 Mai 2014 par ruraledeprose

Il faudrait écrire sous le coude

bander les mots de morgue insolente

rugir dans les placards des larmes pleines les mains

il faudrait d’un rien percuter l’azur

lui rendre gorge à cils ouverts voir claire fontaine

tendre la joue au vent pour une morsure plénière

il faudrait penser frère et mitaines pour l’hiver

décrasser l’horizon des centrales nucléaires

il faudrait se taire à cheval sur un rêve de contrebande

faire l’amour à l’envers boire des soleils de mer

il faudrait se plaindre aux guichets des forêts

de la tonte des avoines des girolles piétinées

il faudrait donner du thon à manger aux thons

cuire des tourtes à la pagaille au goût des courants d’air

il faudrait avoir l’air d’être heureux à genoux

il y a tant à faire défaire et contre faire

tant de procès suspects les libertés en laisse

tant de printemps vendus pour une messe

tant de clémence souillée

il faudrait bien faire

il faudrait bien

il faudrait

il

Il est tout juste l’heure du thé

mon bel amour jolie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires