Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Je cause des peuples...

Publié le 30 Janvier 2015 par ruraledeprose

20150107_162154-copie-3.jpg

Je vis à l’horizon d’un chapeau d’imprudence à perdre mon nez dans la brume ou des rosiers

J’ai le cœur à côté de mes chaussures froissé un rêve interrompu sur l’ardoise de janvier

 Il neige c'est beau je suis étonné

Je marche sur des syllabes de de haine parfois je fais très attention et j’appuie du talon

Puis le pied reprend son chemin des bois dans le vacarme d’oiseaux attentifs au printemps

Je toise des frères de Lune qui se taisent des passants sans regard sur lesquels pèsent

de la Providence au goût de l’amertume La nostalgie Monsieur n’est plus ce qu’elle était…

 Il neige c'est beau je suis étonné

Allons donc voici que tout s’allume ! Les rivières les collines la couleur de l’amour !

Rien ne peut dérouter celui qui déplume l’oiseau du malheur avec des sourires !

Les sourires sont des balles qui couvrent de solidarité les querelles d’anges déchus

les manigances des bonimenteurs De sourire les portes des cœurs s’ouvrent !

 

L’espoir alors tout à coup se redresse d’imprudence et de dignité partout :

Tout est possible pour instaurer le bonheur pour notre Humanité :

Faut juste un peu pousser du pied dehors quelques mages hypocrites

et se serrer les coudes autour des libertés

 Il neige c'est beau j'avais presque oublié...

30 janvier 2015 – copyrigh patrick pérez sécheret

commentaires

Je n'ai pas envie

Publié le 30 Janvier 2015 par ruraledeprose

DSC_0122.jpg

 

Je n’ai pas envie de vivre décousu dans un cache-col une veste de rides

Je n’ai pas envie de dormir tranquille  Je veux juste aimer à quatre mains

Sur des feuilles d’averse et de souvenirs je n’ai pas envie de courir pour un train

de soigner mes larmes aux rivières de l’ennui Je veux juste aimer à quatre mains

Mon cheval d’orgueil tout déboutonné en un ruisseau d’amour aux lents demains

dans les bruyères de l’aube toute effarouchée  Je veux juste aimer à quatre mains

 Je n’ai pas envie de jours d’après amidonnés de vaisselles en or sur le désir brodées

je n’ai pas envie de mourir dans un pré Je veux juste aimer à quatre mains

 

Je n’ai pas envie de rôder dans le bois où les fleurs du printemps ont le mal d’aimer

un ogre affamé complice de mon désir Je veux juste aimer à quatre mains

 

Copyright 2015 – Texte et photographie Patrick Pérez Sécheret.

commentaires

Etes-vous encore Charlie?

Publié le 30 Janvier 2015 par ruraledeprose

maatoub.JPG

commentaires

L'Insurrection poétique, concours de poésie 2015!

Publié le 30 Janvier 2015 par ruraledeprose

urbaine de poésie
urbainepoesie@hotmail.fr
L’Insurrection poétique nazim.JPG
Concours de poèmes
dans le cadre du Printemps des poètes 2015
Comme chaque année, l’Urbaine de poésie organise un concours ouvert à toutes et à tous. Pour 2015, ce concours habituellement prévu pour la St-Valentin, aura lieu en mars et en partenariat par le Centre Culturel de Vitry et en hommage de soutien à Charlie Hebdo. Il suffit d’adresser vos textes en respectant le règlement ci-dessous qui donne toutes les informations utiles. A vos plumes et stylos ! A bientôt.
Règlement du concours :
Article 1
Le concours de poèmes a pour thème « L’Insurrection poétique». On peut y participer de 7 à 77 ans et plus. 4 prix seront remis aux lauréats soit 1 prix par catégorie : enfant (7 à 13 ans), adolescent (14 à 17 ans), adulte (18 à 60 ans), senior (61 à 77 ans et plus).
Article 2
Pour concourir, il suffit :
- d’adresser trois poèmes maximum sur papier A4 recto, sans comporter plus de 4 pages maximum et sans aucun signe distinctif de l’auteur (pas de nom ni de signature) sur le thème de l’Insurrection poétique, du droit d’expression et d’opinion,
- de joindre un courrier de candidature comportant l’adresse, le courriel, le téléphone, l’âge du participant, l’autorisation de publier les textes à titre gracieux,
- d’adresser le tout par courrier à Urbaine de poésie, Centre Culturel de Vitry, 36 Rue Audigeois,  94400 Vitry-sur-Seine, France, avant le 12 février2015.
Article 3
Les textes manuscrits ne seront pas retournés. Les textes primés seront lus en public et publiés libres de droits, sur le blog de l’urbaine de poésie et dans une plaquette. Les auteurs en conserveront le copyright.
Article 4
La remise des prix aura lieu le dimanche 22 Mars 2015 à Vitry-sur-Seine lors d’une manifestation musicale et poétique où seront lus les textes des lauréats.
Contact :
Urbaine de poésie, 145 Avenue Paul Vaillant Couturier, appart. 3053, 94400 Vitry-sur-Seine. Siège social au Centre Culturel de Vitry, 36 rue Audigeois 94400 Vitry-sur-Seine
Courriel : urbainepoesie@hotmail.fr – Blog : urbainedepoesie2.over-blog.com
commentaires

Pour l’unité aux élections départementales de mars 2015

Publié le 23 Janvier 2015 par ruraledeprose

Tout l’annonce : une déroute de la « gauche » serait consommée en mars et le nombre de départements à « gauche » risque d’être divisé par 3. Les élus [qui le seront juste pour deux ans avant la disparition quasi acquise des conseils généraux avec  la Loi de réforme territoriale] seront donc très minoritaires quelques soient les arrangements locaux politiciens ou à la carte pour tenter de sauver des élus et des sièges.

 

 La gauche de la gauche doit finaliser la rupture avec le PS, en l’état, si elle veut confirmer une alternative crédible, tranchant avec les promesses non-tenues, les retournements de politiques par ceux qui ont été élus à la présidentielle et aux législatives. Des élus qui acceptent (une poignée rechigne mais sans rupture) une collusion de fait avec la droite, tout en favorisant l’extrême-droite qu’ils contribuent à faire fructifier en désespérant les populations, en attisant tous les ressentiments liés au désagrégement de notre société, tous les corporatismes, lobbys, communautarismes...  Et de l’autre l’union face au terrorisme… (Merci Charlie !).

 

Les médias à la solde du pouvoir ou plus exactement des banques et du système financier mondialisé sont un vrai rouleau compresseur qui distille à longueur d’antenne et d’images une idéologie dominante de la réussite, de la concurrence, de la culpabilisation des citoyens… No futur disent-ils, pas d’autres solutions ou le chaos.

 

L’abstention et le vote protestataire risquent donc de donner des voix à l’extrême-droite et à la droite qui court derrière car l’ordre et la discipline seraient de ce côté-ci. Foutaise.  Mais, les électeurs de gauche ne comprendront pas les alliances tactiques sans rupture car, comment les socialistes en carte (on pourrait ajouter les radicaux de gauche et quelques satellites), leur appareil, peuvent-ils à la fois continuer d’appartenir à une majorité fermée et étroite qui avale toutes les couleuvres d’une social-démocratie revendiquée par leur Président, leur Premier-ministre … et, soutenir des élus alternatifs ou présenter des candidats soutenus par la gauche d’opposition à ce gouvernement ?

 

Comment la gauche alternative pourrait-t-elle appeler à voter pour un candidat émanant d’un appareil qui, jusqu’à preuve contraire, est le parti du président de la République, de son premier ministre…. ? Mais il y a contradiction dans la contradiction : dans le Val-de-Marne, le risque est grand de voir mis en danger la majorité de gauche au conseil général avec ses différentes composantes (rouge, rose, verte…). Ce sera donc mi chou mi chèvre, à la  carte les alliances, les accords …  Comment poursuivre une gestion qui s’oppose en bien des points au gouvernement socialiste/socialiste-démocrate et continuer de souffleter celui-ci alors qu’il supprimera les conseils généraux ? Ce n’est pas crédible et illisible.

 

Le serpent se mord la queue. Pour moi, en toute clarté, seuls les candidats affichant au premier et au second tour, des programmes et des engagements contre les politiques « austéritaires », contre la disparition des départements (fusionnés à deux ans dans les régions retaillées, les métropoles et agglomérations) seront de gauche.

 

En ce qui concerne directement VITRY, il m’apparaît impératif de tout faire pour une unité avec EELV localement et de présenter dès le premier tour des candidats communs. L’expérience des dernières municipales montre que la division, le refus de négocier avec la liste des Verts au second tour, n’était pas de nature à confirmer l’ouverture effectuée au scrutin précédent de 2008 même si les circonstances étaient différentes.

 

Au 1er tour, certes, nous approchions sur une liste d’union le score de 2008 mais toujours avec un score d’abstentions inquiétant et sur une composition de liste fermée par rapport à l’ouverture de 2008 où, notamment, les communistes avaient fait bonne place à des personnalités locales. L’attitude a conduit à affaiblir la représentation globale de la gauche avec l’entrée au Conseil Municipal de la droite (ce qui n’est pas un mal pour la démocratie) et l’extrême-droite et des élus de La Fabrique, liste de Jacques Perreux qui, évidemment, est dans l’opposition à la majorité.

 

Le problème posé était et reste celui d’accepter ou non la confrontation des points de vue, des idées, de travailler avec des forces appartenant au progrès, à la gauche, fussent-elles critiques à l’égard de certains points de la politique municipale, sur des méthodes de faire.

 

L’enjeu aujourd’hui, pour Vitry et le Val-de-Marne est de perdre le Conseil Général et de voir la droite et l’extrême-droite (ne cessons pas de dire qu’elle représente 9,12% des français dans le pays et non 25% !) tirer les marrons du feu des conséquences de la politique gouvernementale versée sans vergogne dans une social-démocratie de collaboration avec le patronat et appliquant les directives européennes d’austérité. EELV s’y oppose sur de nombreux points qui permettent de combattre de telles orientations.

 

A Vitry, comme hier, sachons faire la part des choses entre les électeurs d’une gauche diversifiée et une attitude de repliement sur des partis, sachons passer outre les rancœurs d’hier car l’électorat de gauche, déboussolé par la politique menée par Hollande et compagnie, doit pouvoir se mobiliser dans une unité claire d’alternative politique. A quoi serviraient sinon des élus départementaux pour 2 ans, sur la base de quel programme ? Les politiques du Conseil Général, jusqu’alors, ont assuré l’intérêt général et dans un esprit d’ouverture à l’ensemble de ses composantes politiques. Ses politiques sont utiles aux gens, un rempart social et culturel contre la démolition des services publics. Il faut les défendre à tout prix

Le Val-de-Marne, autour de Christian Favier, doit être exemplaire à porter l’intérêt général, une volonté d’affirmer le rôle irremplaçable du Conseil Général pour nos populations et les réponses à ses besoins de proximité.

Je demande à mes amis et camarades de se prononcer en ce sens et de ne pas aggraver, par un rejet de la sensibilité des Verts, les conséquences d’une politique gouvernementale que nous refusons en l’état, comme ils la refusent, alors que nous sommes alliés avec les socialistes ! Comme disait Lénine, il faut savoir faire deux pas en arrière parfois pour faire un pas en avant décisif. Ce pas est de bon sens, sans tactique politicienne ou partisane, utile à la construction de l’alternative citoyenne à laquelle nous travaillons avec d’autres. L’union reste un combat, l’union c’est accepter des gens qui ne pensent pas comme nous sur tout.

Je suis donc pour ma part pour l’unité avec les Verts sans arrière-pensée, en toute connaissance de cause parce que nous devons penser aux gens avant tout, élargir le rassemblement des forces progressistes pour hâter l’alternative. Pour le reste, en conscience, chacune et chacun votera. Mon engagement pour l’alternative de gauche ne suppose pas pour autant, on l’aura compris, mon acceptation de toutes les propositions du Front de gauche et encore moins de celles de l’extrême-gauche.

L’histoire devrait nous a vaccinés des idéologies, le pouvoir politique doit maîtriser l’économie et la placer au service des hommes par des réponses justes et solidaires à leurs besoins, sans reconstituer une nouvelle caste mais en trouvant de nouvelles formes de démocratie directe où le peuple peut intervenir et participer sans qu’aucune entaille aux libertés publiques et privées n’interviennent. Mais c’est une autre question dont la réponse est, sans doute, dans l’avènement d’une 6eRépublique dont on ne voit pas trop comment, encore, comment elle pourrait exister sans une intervention massive de citoyens…

En tout cas, le dialogue, la réflexion sont engagés sur le sujet et resituent le peuple au centre de toute démocratie véritable.

 

 Patrick Pérez Sécheret

21 janvier 2015*

 

Dessin de Abidine Dino, MainCapture-copie-1.JPG

*Pour mémoire, il y a 212 ans, le 21 janvier 1793, le peuple de France envoyait le roi Louis XVI à la guillotine. 212 ans, plus tard, nous sommes en monarchie républicaine… Par bonheur, la peine de mort est abolie mais on peut manger de la tête de veau sauce gribiche en souvenir de l’événement…

 

commentaires

Sahara occidental : le peuple sahraoui spolié

Publié le 22 Janvier 2015 par ruraledeprose

arasd2.jpg

 

Si la solidarité avec la juste cause du peuple sahraoui pour son indépendance existe et en témoigne l’assemblée générale des Amis de la République sahraouie Arabe Démocratique en France (17 janvier au Mans), l’indifférence de l’Union européenne face au néo-colonialisme marocain, pays qui occupe illégalement 80% du territoire sahraoui depuis le départ des Espagnols en 1975, est insupportable : comment peut-on au nom d’intérêts mercantiles s’assoir sur le Droit international ?

Eric Hagen, responsable de l’association de défense des ressources naturelles (Western Sahara Resource Watch (site en ligne) a mis en lumière l’autorisation faite par le Maroc aux sociétés pétrolières Kosmos (USA) et Total-France de forer dans l’océan dans les eaux sahraouies (souveraineté espagnole du territoire puisqu’il n’y a pas eu de référendum d’autodétermination comme prévu par l’ONU) en vue d’y exploiter les gisements de pétrole pour le compte du Royaume marocain. Des actions juridiques sont en cours contre cette spoliation des richesses naturelles sahraoui avec la bénédiction de l’Union européenne, l’accord tacite de la France.

Hans Corell, ex-secrétaire générale adjoint de l’ONU a dénoncé le 14 janvier dernier « les contrats signés entre le Maroc et la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy et le programme de forage en cours en mer qui sont une « violation des principes du droit international en ce qui concerne les pays en processus de décolonisation ».

De même, en ce qui concerne les produits alimentaires (fruits, légumes, huile de poisson…) vendus sur nos marchés et dans les grandes surfaces sous l’étiquetage IDYLE AZURA, produits qui transitent par Perpignan et sont distribués sous label tricolore, ce que dénonce la Confédération Paysanne (action en justice en cours auprès de la Cour européenne). Ce pillage économique rapporte au Maroc 15 millions d’euros par an sur les ventes en France et aucune taxe n’est reversée aux Sahraouis !

L’UE, la France, ont signé des accords avec le Maroc au mépris du droit international et le Front Polisario a introduit un recours en annulation devant la Cour européenne de Justice contre l’accord de pêche Union européenne/Maroc. Cela rapporte 300 millions d’euros  par an au Royaume du Maroc !

Western Sahara Resource Watch a remis 3 rapports sur le sujet et en ligne :

- L’injustice totale sur la présence de TOTAL SA au Sahara occidental occupé,

- La sale marche verte ou l’énergie verte complice de l’occupation du Maroc,

- Etiquette et responsabilité : droit d’information des consommateurs de l’UE complices sans le savoir de l’occupation marocaine

On est en droit de savoir que nos tomates-cerises ou melons  viennent des terres sahraouis tout comme des fruits palestiniens vendus made in Israël ! D’autant que l’Union européenne donne aux consommateurs le droit d’être correctement informés sur le pays d’origine des produits mais l’UE a deux langages selon les intérêts de certains de ses pays membres dont la France...

Revenons-en au pétrole et aux entreprises françaises qui travaillent dans les territoires occupés en toute illégalité dans le domaine de l’énergie :

- TOTAL qui prospecte pétrole et gaz au large du Sahara occidental

- 5 groupes internationaux dont EDF Energies nouvelles, GDF-Suez et Alstom, retenus au concours d’appel d’offres du projet éolien de l’Office de l’électricité du Maroc, L’Usine Nouvelle…

Dans le domaine agricole, le groupe franco-marocain « Azura et Idyl.

Il faudrait, dans l’attente des décisions de la Cour européenne de Justice, organiser un boycott de ces produits en France en informant les consommateurs comme cela se fait en Suède. Le hic est que ce boycott est réprimé et qu’une amende conséquente nous en dissuade ! Informer pour que les gens n’achètent pas est un acte politique d’importance (la Suisse étiquette Sahara occidental par exemple les produits sur son territoire).

Que dire sur le respect des droits de l’homme dans les territoires occupés ?

Aucun groupe médical indépendant, Croix-Rouge ou autre, ne peut rendre visite aux prisonniers sahraouis pour une expertise médicale et confirmer des actes de torture avérés par de nombreux témoins de moralité. La Mission de l’ONU sur place, la MINURSO, en charge de recenser les Sahraouis en vue de l’organisation du référendum d’autodétermination, n’a toujours pas mission de surveillance du respect des droits de l’homme. L’Union européenne, grande union de démocratie et de libertés, ne cesse pas ses accords commerciaux et autres avec la puissance occupante. Situation dénoncée par les parlementaires européens de la Suisse, le 4erapport  présenté par Human-Rights, le CODESSA, la Fondation Danielle Mitterrand et ACAT-France (Association catholique) pour élargir le mandat de la MINURSO.

Face à cette situation, depuis le Cessez-le-feu aucune violation des accords n’a été entreprise par les Sahraouis qui ont attendu pacifiquement une solution de la communauté internationale. Leur confiance est trahie jusqu’alors par l’impunité marocaine.

Le Maroc essaie par cette spoliation du territoire sahraoui de sortir d’une grave crise économique et de procurer de l’emploi et des activités aux Marocains, de réduire ses importations d’énergie (20% prévus en 2020). D’ailleurs ceux-ci bénéficient de 80% des emplois créés !

La question sahraouie peut et devrait faire l’objet d’études académiques, universitaires dans le domaine du droit international, de souveraineté nationale, d’accords ou de conventions juridiques illégaux (commerce, exploitation de ressources naturelles, entrave aux droits de l’homme). Un pays « voyou » au regard du droit international avec des complicités françaises fait ainsi perdurer une situation de néo-colonialisme au Sahara occidental.

 On peut agir avec l’ARASD* en France. Vous pouvez agir. Nous devons agir car la jeunesse sahraoui n’en peut plus de cette situation, un peuple de vivre dans des camps de réfugiés depuis deux générations.

Patrick Pérez Sécheret

* Information : Association des Amis de la République Sahraouie Démocratique : www.sahara-info.org – www.ecrirepourlesliberer.com

 

commentaires

Esprit critique, sacré et universalité (Charlie-Hebdo suite)

Publié le 21 Janvier 2015 par ruraledeprose dans politique

placevitry.jpgChercher la lumière dans l'ombre

 

Beaucoup de discussions, de points de vue, d’appréciations, sont donnés ces derniers jours suite à la riposte unie du 11 janvier en France. Le débat est nécessaire et ne peut pas se limiter à la défense de la laïcité et des libertés fondamentales d’expression, d’opinion, de pensée car, en somme, il n’y aurait plus rien à voir, juste à circuler.

Parmi les critiques émises, une certaine défense du sacré s’exprime comme un choix qui ne serait pas totalement admis, par exemple dans nos écoles, en raison d’un évincement de l’histoire des religions. Certes l’approche des religions n’est pas systématique dans l’Education Nationale mais cela existe. Ce qui est sacré pour les uns ne l’est pas pour d’autres et vice-versa, selon les valeurs auxquelles on fait référence, dont on se réclame.

Le sens du sacré, des symboles s’oppose sur le mot sacré lui-même. Le droit sacré à la propriété peut rassembler, par exemple, croyants et non-croyants, la Patrie aussi…, l’exploit  obtenu par untel sa performance sportive, le pari sur ceci ou cela… Ce qui distingue est l’usage du mot sacré en ce qu’il veut nommer par rapport aux traditions ou à l’ordinaire.

Ce qui appartient aux traditions, républicaines ou religieuses, a ses rituels, ses rites, ses règles (Bible, Constitution…) à respecter en et hors de l’exercice cérémonial dédié où on les applique seul ou à plusieurs, par affinité, avec un art de la répétition mécaniste On admet donc, religieux ou pas, une révélation de la lumière et ses rituels et pratiques attachés : révélation symbolique ou religieuse, révélation de l’universalité [Le Siècle des Lumières], et celle-ci est une référence commune.

On peut tendre à l’absolu individuellement cependant, forme de spiritualité, sans être religieux ni sacraliser celui-ci. Les religions font du sacré un collectif de pensée, une référence commune. Certains ont donc besoin de hiérophantes, de guides spirituels, de prêtres, de gourous… D’autres pas.

Les hiérophanies  sont les clefs du sacré, l’interprétation du sacré et une fabrique d’initiés, d’adeptes. Le sacré religieux est immuable, transcende l’ordinaire [on dit pourtant : ordonner un prêtre…Humour !] qui lui est hors des rites auxquels il est sacrilège de toucher, de se moquer en paroles et en images…

Mais le profane n’est pas pour autant celui qui réfute le sacré religieux de facto, il a aussi des valeurs sacrées qui permettent ou devraient permettre l’exercice des cultes comme c’est le cas avec la laïcité en République. La laïcité est le droit du culte garanti et excluant donc tout financement public de celui-ci.*

Le profane revendique donc [tout comme un religieux laïc peut le faire] le droit au sens critique, à la capacité à forger une propre opinion, à analyser les faits indépendamment du sacré, du rite et des traditions [sinon, on vous coupe la main ou la langue, on vous mutile le clitoris ou, comme autrefois, on vous crucifiait ou vous faisait rôtir sur le bûcher pour hérésie, blasphème ou sacrilège).

Le sacré religieux est d’ordre divin, au-dessus de toute interprétation rationnelle ou scientifique ; il reste mystère puisque on ne peut guère prouver l’inexistence de Dieu et que son existence ou apparence divine est issue de l’imagination humaine, d’une appréciation presbytérienne remontant au premier âge de l’humanité pensante.

 De-là, pourtant, toute critique, écrite ou dessinée de la religion devrait respecter la foi des croyants, ne pas la blesser d’un coup de crayon ou de plume en figurant ses idoles sous un aspect choquant en se voulant humoristique sous prétexte que certains tuent en se réclamant d’une religion dont ils ne savent pas grand-chose, dont ils n’ont pas lu les textes sacrés.

L’intégrisme religieux ou se réclamant d’une religion tue et peut tuer mais l’humour peut tuer aussi par ricochets, par représailles. Cela vaut le coup de réfléchir : les armes de l’esprit instruit, civilisé, devraient toujours tendre à éduquer et au dialogue, y compris en dénonçant toute scolastique ou alors en appelant à la résistance, aux armes les vraies contre la tyrannie d’hommes contres des hommes.

Pour le droit à l’esprit critique, à l’agnosticisme, il faut un libre arbitre intellectuel, une intégrité respectant la personne humaine, une ouverture d’esprit seule permise par la confrontation des savoirs, des connaissances qui permettent débat, confrontation de points de vue, comparaisons rationnelles, recherches et donc remises en cause, progression...

L’intégrisme est un refus du mélange, de l’intégration à une société organisée qui ne fait pas siens ses rites et ses symboles dans l’espace public et permet que nos différences se complètent en cohésion. L’intégrisme est un rester entre soi pour une sorte de pureté du genre racial, une supériorité immanente du guide pour son peuple ou sa tribu ou communauté dans le respect de rites, de coutumes, de traditions figées érigés Lois applicables en dogmes à toutes et tous.

L’intégrisme, comme le fascisme, le nazisme, le communisme** même [qui sont des idéologies] ne peuvent pas évoluer en raison de leurs dogmes. C’est une régression de l’humaine condition, tout comme l’interdit chez certains -qui se disent chrétiens***- qui même face à la mort d’un enfant ou d’un proche refusent d’accepter un don du sang. L’intégrisme, l’apostolat, s’apparentent à l’interdit de pensée différente pouvant conduire au stalag, au goulag, en asile psychiatrique ou au peloton d’exécution, à l’enfer…

Oui, au nom du sacré on ne peut échapper à sa condition d’être humain : la mort. Est-ce raison pour ôter la vie à celui qui revendique toutes les libertés d’expression au nom de l’universalité et n’en impose aucune à personne en particulier ?

Patrick Pérez Sécheret

 

* Le gouvernement, je l’apprends, va financer des religieux musulmans pour visiter leurs oies en prison… alors qu’il faudrait abroger le Concordat en Alsace et en Moselle qui permet le financement de l’église sur l’impôt public. On finance aussi avec nos sous publics l’école privée dans tout le pays…

** Je parle de celui qui a été expérimenté à l’Est, comme on dit, mais aussi ailleurs en Corée, au Cambodge, voir en Chine… et non du rêve communaliste de société idéale et solidaire qui reste jusqu’alors une utopie, un projet.

*** Je pense à Franco, Salazar, aux colonels grecs, ces dictateurs européens du 20e siècle, qui faisaient bonne route sous la bannière catholique soutenue par l’Opus Dei… Ce n’est pas si loin tout ça. Et que dire des bouddhistes d’aujourd’hui qui dans l’ancienne île de Ceylan persécutent les musulmans comme le faisaient hier, des soit disant chrétiens, en Croatie ou en Bosnie !

 

 

 

 

commentaires

Le Jour sera rouge

Publié le 18 Janvier 2015 par ruraledeprose

Le jour sera rouge

la nuit s'est coupée les veines avec un fil de laine

les mailles du coeur ont sauté dans l'escalier

 

Il a répandu les verbes sur la descente de lit du ciel

une prière sauvage et soyeuseau cou

pour se pendre à l'horizon pointé

 

Le jour sera rougeDSC_0129.jpg

 

 

commentaires

Silence

Publié le 18 Janvier 2015 par ruraledeprose

Il boit le silence ce soir épais

la tessiture d'une voix

la porte close sur le soleil

l'oiseau désolé entre ses phalanges

 

Il ne s'agissait pas de vivre

sans écouter ce que qu'on ne dit pas

dans les fougères ni d'entendre

les litanies de la peur à l'intérieur de soi

 

Il ouvrira la nuit au couteau de lune

une averse sur ses joues

dessinera l'absence20141125 174103

commentaires

Ballade en hiver

Publié le 14 Janvier 2015 par ruraledeprose

20150114_003018.jpg

L’hiver est lourd à porter ce soir Les rêves sont vagues à l’âme

en promenades givrées Les gens vont maritimes

au fil des rues des lames d’un ciel de pantomime

La ville même s’absente Les rideaux tombent en miaulant

des lézardes aux bras d’arbres noirs Le jour vient tard

s’achève tôt comme si la lumière s’oubliait

L’hiver a mis des serpillères sur les trottoirs aux réverbères

et sous nos yeux un long ruban de grisaille défile

au ras des murs de béton de fer et de verre

L’hiver a oublié ses mitaines et se gèle les noix

Tout semble tristement triste endormi monocorde

Tout semble un corps assiégé de lucioles de suie

Puis le silence étend du silence comme un linge sur l’ennui

L’hiver est sourd à porter L’amour au loin discret

l’amour voudrait rigoler faire la nique aux giboulées

L’amour a juste chaud d’aimer doucement sans bruit

de tissu froissé sans mot inutile juste chaud d’aimer

Au petit matin ne sonnera plus jamais l’heure du laitier…

 

14 janvier 2015 – Copyright Patrick Pérez Sécheret.

 

commentaires
1 2 > >>