Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Hikmet, Abidine... parution d'inédits en turc

Publié le 28 Mai 2015 par ruraledeprose

Hikmet, Abidine... parution d'inédits en turc

Je viens de recevoir l'édition de mes poèmes en turc, pour une large part dédiés à Nâzim Hikmet et Abidine Dino, au peuple turc. J'éprouve une grande émotion à plusieurs titres. L'honneur que me fait une petite maison d'édition progressiste d'istanbul, la collaboration d'amis, notamment Ali pour la traduction que nous avons supervisée en semble lors de ses passages à Paris, l'immense joie de porter à connaissance d'un public ma fraternité pour ce pays traversé et bouleversé d'histoire(s), ma conviction de son avenir porté par des valeurs de progrès et d'humanisme. Lors de mon séjour à Ankara, voici des mois, où je devais participer, suite à la publication de quelques uns de mes poèmes inédits dans une revue littéraire à une lecture publique au centre Nâzim Hikmet, je me suis trouvé plongé dans l'effervescence des manifestations liées à la place Taksim à Istanbul, aux manifestations de protestation qui dépassaient ce cadre et exprimaient une nécessité de libertés d'expression citoyenne, de laïcité... Le centre culturel a été investi et saccagé par la police. La soirée d'hommage à Nâzim fut annulée. C'est donc dans les rues avec des amis que je ne connaissais pas que j'ai marché, essuyé les lacrymogènes. Je suis rentré en France confiant dans l'élan populaire turc. Quand la maison d'édition m'a demandé si elle pouvait publier mes poèmes j'ai répondu oui du fond du coeur. Le livre est sorti, j'ai cédé tous mes droits en Turquie en solidarité. Que les mots nous assemblent, comme disait Nâzim, comme les arbres d'une forêt. Qu'elle soit fertile d'intelligence, de tolérance, de solidarité, de liberté d'opinion et d'expression. J'espère que nous nous retrouverons à l'automne pour une lecture musicale bilingue ici ou là, pour dire notre amitié franco-turque, notre volonté commune d'un monde en mieux. J'espère simplement qu'aucun journaliste n'ira en prison pour avoir présenté mon livre qui, s'il n'est pas subversif ni dénigrant le verdict démocratique des urnes dans ce pays, demeure lucide et espérant en nos humanités face aux pouvoirs de la finance et des main-mises idéologiques sur la pensée universelle.

Patrick

commentaires

Eteignez tout un instant

Publié le 27 Mai 2015 par ruraledeprose

Eteignez tout un instant

Pourquoi avoir peur tout à coup. Il y a trop de bruits dehors ? Eteignez les moteurs, baissez les voix, je ne m’entends pas dans ce vacarme. Eteignez tout. Ouvrez les bras comme des fenêtres, souriez-vous. Tout a mal commencé pour ce millénaire, nous avons reculé l’horizon du bonheur sur terre, armé des ombres épouvantables en Orient. Les villes sont emplies de noyés, de cœurs secs. L’amour même s’épuise aux persiennes closes dans un amphigouri de roses fanées. Qui inventera l’aube de la douceur sur nos vagues d’ignorance, de perte de mémoire et de vanité ? Pourquoi avoir peur tout à coup. Trop de bruits dehors, trop de sirènes dramatiques, trop de vides dedans. Eteignez vos portables, éteignez tout, juste un instant de silence formidable, respirez.

commentaires

Droit d’asile : tragique Europe

Publié le 20 Mai 2015 par ruraledeprose

Arc-en-ciel ce matin sur la Seine à Vitry
Arc-en-ciel ce matin sur la Seine à Vitry

La misère du monde repose sur les conséquences d’un pillage sans limite des ressources des pays, longtemps nommés « sous-développés » ou « en voie de développement », A ce jour, l’Europe, qui par ses politiques appauvrit gravement ses propres populations, dresse des quotas militarisés pour l’accueil des migrants venus de la Méditerranée. Mais ces quotas de demandeurs d’asile sèment la zizanie. Chaque pays souhaite maîtriser cet accueil et rejeter sur les autres le poids de cette solidarité humanitaire. La France, coincée sous les fourches caudines du FN, renacle à assumer sa part d’un droit international reconnu : le droit d’asile. Triste Europe qui voulait abolir les frontières et laisser circuler hommes et marchandises (surtout ces dernières d’ailleurs) ! Des milliers de morts dans les flots, une Italie étranglée et submergée de migrants, cela devenait torride pour nos démocraties. Alors on chipote sur les vies humaines, on discutaille sur les chiffres, on décide d’un accueil d’urgence car enfin il s’agit d’êtres humains… On décide donc de répartir l’effort. Belle âme européenne ! Mais les causes des conséquences encore une fois personne n’en parle. On s’étripe sur la répartition c’est tout, sur l’effort de traitement des demandes d’asile dans l’union… Sans dire quand même que le dispositif mis en place prévoit la reconduction manu militari dans les ports de provenance... Laissons les populations se faire massacrer par Daech et autres extrémistes barbares, ce sera toujours cela de gagné, un poids en moins… Quant aux Lumières qui éclairaient notre beau pays, elles resteront en berne et le père Hugo peut toujours tonner dans sa tombe, la bourse continuera de bander. Pendant ce temps, personne ne parle de répartir les richesses monstrueuses qui jonglent en bourse. Non, il s’agit juste de répartir de la misère. Triste Europe, tragique Europe des lamentations sous pression populiste…

20 mai 2015

commentaires

Debout

Publié le 19 Mai 2015 par ruraledeprose

Debout

L’horizon s’obscurcit sur les landes et les bois

La terre à jamais rien ne lui ressemble

quand la désespérance étend tant de bras

devenus inutiles et que vos lèvres tremblent

Quand bien même nous resterions debout

La mer avance ses pions sur les terres érodées

Fukushima répand ses eaux de mort lente

L’Afrique est à genoux et ses enfants violés

par des soldats l’uniforme plein de fientes

Quand bien même nous resterions debout

Les crimes se préparent dans les conciliabules

à l’ombre des bourses où s’agitent les agios

Les armes se vendent les dictatures pullulent

et la démocratie nous fait froid dans le dos

Quand bien même nous resterions debout

Le jeu vaut la chandelle pour redresser les poings

joindre à la peur l’envie de n’être pas servile

de croire encore un peu l’espoir notre besoin

face au monde devenu un despote mercantile

Quand bien même nous resterions debout

Mais viendront des temps neufs chargés de roses

de vergers aux pommes couleur de sérénade

des avenues bleues sans fenêtres closes

portes ouvertes la vie une vraie camarade

Quand bien même nous resterons debout

17 mai 2015 – copyright patrick pérez sécheret.

commentaires

Actualités 2

Publié le 19 Mai 2015 par ruraledeprose

Peinture de Jean-Jacques Laigre.
Peinture de Jean-Jacques Laigre.

Palmyre ne fera plus rêver. La cité antique va sombrer dans le néant intégriste et barbare au nez de la civilisation occidentale cramoisie. Sous les coups de Daech une nouvelle fois des populations civiles vont être massacrées et asservies. Que fait la coalition occidentale en Syrie et en Irak ?

Migrants en Méditerranée. Ils seront désormais sauvés du naufrage en mer par une force militaire européenne et reconduits dans les ports d’origine c’est-à-dire livrés à leurs passeurs et à leurs bourreaux. Le traitement est inhumain et ne résout rien humanitairement parlant. L’Europe a bonne conscience…

Réforme des collèges. L’égalité par le bas, par la réduction du champ des savoirs et des comprendre, l’enterrement d’un ascenseur social républicain qui plaçait le mérite à sa juste place : l’accès de chacun à la connaissance et à la capacité d’insertion dans la société quelque que soit son origine sociale. Combien sommes-nous, enfants d’immigrés politiques ou économiques, espagnols, italiens…, à avoir réussi un parcours scolaire voir universitaire malgré le handicap grâce à l’école républicaine et laïque ? Certes, les conditions de vie ont évolué, si on peut dire dans un sens, les crises ne reproduisent pas les mêmes effets. Mais, s’il fallait, s’il faut réformer l’école, le socle général des enseignements ce n’est par un socle commun réducteur et facteur d’appauvrissement des champs de réussite d’abord des élèves des couches sociales les plus démunies et touchées par la crise et l’austérité (même si l’on recrute 60 000 enseignants supplémentaires pour moins d’heures enseignées). Finalement, dans tous les domaines de la vie quotidienne l’Europe qui devait être porteuse de progrès pour les peuples, de mieux vivre ensemble, s’avère une machine infernale à niveler, asservir, formater, pour les seules finalités d’un système économique, bancaire et financier sauvage où seul l’argent est roi, le marché et la libre concurrence entre les hommes et les territoires le credo. Après la suppression des classes bilingues, l’amputation de l’Histoire de certains passages de mémoire utile, les enseignements interdisciplinaires à la carte, optionnels, risquent d’être une autonomie dévastatrice de moyens réduits, à discrétion de l’investissement des enseignants. Un cautère sur la jambe de bois d’une école qui ne parvenait déjà plus à répondre pour sa part au recul culturel dans notre société. Malraux disait quelque chose comme ceci : Les universités nous donnent à connaître les classiques, les choses de l’esprit, mais le théâtre, le spectacle vivant, nous les font aimer, apprécier. Or, on coupe un peu partout dans les budgets culturels et la réforme des collèges en rajoute avec un test géant grandeur nature qui s’achèvera hélas –comme d’autres réformes- par un rejet massif d’élèves ignorés (dans leurs besoins de soutien et d’enseignement renforcé au sortir du primaire) et ignorants et désarmés pour l’entrée au collège. Une fois encore, un gouvernement qui devait être de gauche fait mieux que la droite dans la massification par le bas de l’enseignement public. Haro sur la culture, l’histoire en miettes et calibrée ! Tous controlés, tous écoutés, tous soumis, tel semble être à présent l’objectif de ce qu’il reste d’Etat en France.

19 mai 2015.

commentaires

Publié le 18 Mai 2015 par ruraledeprose

Printemps précoce sur lie, gouache.
Printemps précoce sur lie, gouache.

L’idée m’étais venue de peindre. J’avais pris des cours voici une flopée d’années dans une maison des jeunes et de la culture qui n’existe plus. Plusieurs techniques : gouache, aquarelle, encaustique, fusain, huile. Les résultats étaient désastreux et j’ai opté pour la poésie à titre presque définitif. De temps à autre je crayonne, je vide quelques tubes de gouache. Je voudrais faire du figuratif mais à part un portrait sans cesse recomposé et qui ne ressemble pas, je ne parviens qu’à pas grand-chose de probant, je veux dire, artistiquement parlant. Et puis, est venu ce truc alors que je ne composais rien de vraisemblable, que j’étirais un peu de gouache n’importe comment pour passer un moment de solitude. Je n’ai pas jeté cette fois et j’ai nommé la chose : Printemps précoce sur lie. Ben je vous l’offre en pâture…

Patrick Pérez Sécheret

commentaires

Impressions

Publié le 18 Mai 2015 par ruraledeprose

Le coeur du monde
Le coeur du monde

La vallée ouverte taille du soleil en vallons de champs

de bosquets de chênes de sapins et de frênes

les talus sont percés de coquelicots

Puis là des pommeraies sous leur voilette

protégés des rapines des pies des corbeaux

L’été s’amorce en filoches de bleu pâle

dans un coton de nuages parcellaires

Il fait beau temps de vivre

On a roulé les foins en meules qui se mordorent au soleil

A la cime des Alpes la neige accroche encore

de petits drapeaux blancs laiteux

Il fait beau temps de mai

Des chevaux se roulent dans l’herbe fraîche coupée

La vie caracole caressée par un frisquet mistral

Tout est posé

Un peintre va venir écrire sa version des choses

en voiles de soie et de gouache

Il fait beau temps de vivre

16 mai 2015, village Le Poèt, Alpes de Haute-Provence.

commentaires

Psaume pour dire du monde

Publié le 13 Mai 2015 par ruraledeprose

peinture de Meyer Sarfati
peinture de Meyer Sarfati

Je suis en alerte du monde

Tel qu’il va d’autoritarisme évident

Je ne me satisfais pas du cours des choses

Sans y pouvoir un coup de dé

J’écris comme on se pend

Dans les draps de la pluie d'huile

En détresse de fatigue du monde

L’oreille sur la bouche

Dans la confusion des mouches

J’écris pour rire des simagrées

Des restes d’idéologies

Du dévers inexorable

Sur les saisons qu’il reste

A l’avenir entre nos doigts

Et ses mitaines trouées

J’écris pour respirer

Simplement respirer

Les genoux dans les étoiles

Pour l’amour tenir

A la grêle sur les blés

Le souffle d’un vent doux

Sur les vallées l’été

Je prie d’amour dire

La bouche sèche :

Paix sur la terre

Copyright 2015 – patrick pérez sécheret.

commentaires

Les territoires de la République à l’abandon

Publié le 13 Mai 2015 par ruraledeprose

Les territoires de la République à l’abandon

Une note de conjoncture émise par la Banque Postale indique que les collectivités locales en France ont perdu 9 % de leurs ressources en dix ans : plus de 9 milliards d’Euros. 6,5 milliards en moins de deux ans ! Cette somme énorme est ponctionné par l’Etat via la réduction des dotations que celui-ci versent pour financer les transferts de ses charges, de certaines de ses compétences, voir des suppressions d’impôts (taxe professionnelle, vignette automobile par exemple) sur les dites collectivités avec une perte sèche de 80 000 emplois.

Ce hold-up sur les ressources des collectivités locales, des communes en premier lieu, a pour conséquence pour celles-ci de renoncer ou de reporter des investissements utiles aux habitants pour financer la dette de l’Etat ! Hors, la dette des collectivités ne représente qu’à peine 8% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays sur un an.

Cette politique réduit l’investissement des collectivités qui représente pourtant 75% de l’investissement public en France et près d’un million d’emplois dans le bâtiment et les travaux publics. Cette politique réduit les réponses aux besoins des habitants déjà frappés par la crise et l’austérité, cette politique paupérise des territoires et aggrave les inégalités à l’heure où les discours prétendent qu’il faut intervenir massivement pour les réduire.

L’Etat joue avec la paix sociale et ses désengagements vont produire des réductions d’emplois et la création de richesses en biens et services d’intérêt général qui pourtant participent à la croissance.

Dans quel but autre que de réduire un déficit de l’Etat devenu le prétexte de ces politiques de régression sociale et économique dictées de Bruxelles et soutenues à main forte par l’Allemagne pour ses propres intérêts ? Quel but autre qu’une absolution donnée au tout marché, à la toute concurrence c’est-à-dire à une organisation mercantile de l’ensemble de notre société sur le dos de l’ensemble des populations ?

Cela ne peut conduire qu’à la révolte, à l’insubordination, au rejet d’une démocratie éreintée de mensonges, de promesses non tenues car ce retour en arrière inédit depuis le retour à la paix en Europe voici 70 ans fabrique une multitude de repliements sur soi, de divisions catégorielles, de communautarismes religieux et autres, de circuits mafieux …

Au marché pour tous, le chacun pour soi répond en autodéfense et peut conduire à la pire issue : l’autoritarisme et le fascisme. Nous en prenons le chemin en criant au loup FN mais en fait celui-ci est déjà installé à l’Elysée et à Matignon dans les faits et dans les esprits. Seul le CAC 40 en sourit avec les grandes firmes apatrides qui rachètent leurs propres actions pour augmenter le pactole de leurs actionnaires avides de profits ou doter d’une retraite colossale leurs anciens dirigeants…

Le vide créé par le déficit démocratique et l’imposition d’une régression sociale profonde et durable appelle une réaction d’autorité pour perdurer, pour liquider ce qu’il reste d’opposition de plus en plus inaudible même si la réalité demeure qu’une majorité souffre et qu’une minorité se goberge comme jamais sur son dos avec la connivence de l’Etat, de presque tous les Etats de l’Union européenne.

Pourtant, il faut continuer à croire que demain le soleil se lèvera, que l’on pourra continuer de tenter d’être heureux dans un environnement peuplé de prédateurs et de cauchemars climatiques qui produiront des hécatombes humaines inimaginables (montée des eaux, manque d’eau, raz-de-marée, etc).

Ne pas y croire serait laisser-faire un point de non-retour pour ceux qui viennent et qui viendront après nous, ce serait nous dissoudre en conscience.

Copyright 2015 – patrick pérez sécheret.

commentaires

Le gouvernement français n’est pas de gauche

Publié le 6 Mai 2015 par ruraledeprose

Le gouvernement français n’est pas de gauche

Arrêtons clairement de parler d’une présidence de gauche et d’un gouvernement de gauche au pouvoir depuis 3 ans. Les reniements sont tels, les applications issues directement d’un logiciel libéral qu’il n’y a plus aucune illusion sur les caractéristiques réactionnaires du gouvernement Hollande-Valls et Cie. D’ailleurs gouverne-t-il réellement avec une majorité-croupion d’affidés plus soucieux d’un mandat (et des rémunérations qu’il représente) que de l’intérêt du peuple et des couches sociales populaires ? Non, ils gèrent de concert l’application de directives dictées par une commission européenne apatride et soumise aux intérêts de l’Allemagne qui héberge d’ailleurs la banque centrale européenne.

Cela éclaire l’horizon des gauches groupusculaires fédérées ou non dans le Front de gauche : seront-elles être capables de proposer une alternative crédible et sous quelle forme et avec quel contenu ?

L’enjeu est connu de tous : l’extrême-droite est utilisée à des fins de contenir toute velléité de constitution d’un mouvement populaire à gauche, de cristalliser les blocs UMP-PS comme seuls remparts face à celle-ci, mieux même, d’affréter un second tour des prochaines présidentielles où cette dernière serait face à un candidat de ces blocs.

Entre temps, il y aura les élections régionales et tout peut se passer à savoir une défaite de plus pour la gauche entrainée par la déconfiture du parti socialiste et de ses alliés ou au mieux un redressement de la gauche fédérée et d’opposition claire face au gouvernement Hollande et à ses représentants candidats dans les régions.

Aucune union d’état-major n’est envisageable avec le parti socialiste à moins que le Front de gauche ne poursuive une stratégie bicéphale suicidaire avec, ici des alliances devenues contre nature sous prétexte qu’il y a des socialistes opposés à l’austérité, ce qui est vrai, et là des listes autonomes affrontant aussi les candidats socialistes.

L’ici s’entend que l’on donnerait raison au Front National une fois de plus sur la connivence à gauche à continuer de berner les électeurs, qu’il reste encore, repliés sur le vote utile, à renforcer l’appel d’air de l’UMP-Les Républicains, à jeter de nouveaux électeurs déçus dans les bras du Front National.

Faire face à l’extrême-droite, à la droite revancharde et qui s’arroge le monopole du républicanisme, ne peut plus faire recette, n’est plus acceptable en l’état : la gauche unie ne peut pas les battre arithmétiquement et toute alternance entre UMP et PS porteuse d’une nécessité d’alliance tacite face à l’extrême-droite pour garder le pouvoir délégué en fait de Bruxelles.

J’exagère trouvez-vous ? Non. Il ne s’agit pas de réécrire les années 30, de rejeter les socio-démocrates au risque de voir le FN en capacité de prendre le pouvoir -et qu’il ne rendrait plus porteur in fine en lui-même d’une vocation autoritaire et dictatoriale- mais explicitement que les socialistes choisissent leur camp : la gauche ou le libéralisme. C’est aux socialistes et aux Verts aussi, aux radicaux de gauche, de choisir leur camp : avec Hollande ou contre Hollande, avec les peuples d’Europe qui souffrent ou avec les boursicoteurs, les banquiers, les grandes sociétés.

Avec Hollande : la connivence avec les monarchies autoritaires du Golfe, avec Hollande et la généralisation de la mise sur écoute de l’ensemble des citoyens (Loi sur le renseignement), avec Hollande et la liquidation des Prudhommes, du code du travail, de la sécurité sociale, du système de retraites, de l’organisation démocratique des territoires, qui vend des avions de guerre au nom de la paix, etc , etc…

Contre Hollande pour maintenir ce qu’il reste de services publics pour répondre aux besoins élémentaires de la population, pour que la France agisse vraiment pour la paix dans le monde et le développement des peuples, pour hâter un redéploiement économique durable et écologiquement fiable, pour déployer les libertés publiques, etc…

Je pourrais développer davantage mais on aura compris mon propos : on ne peut plus face au défi climatique, aux conséquences de l’austérité sur la vie quotidienne du peuple, se tenir entre l’eau chaude et l’eau froide, sous peine d’accepter le destin écrit : la mise en place d’un nouvel esclavagisme des peuples des pays développés et le développement des conflits dans les pays encore sous-développés qui vont continuer à subir les conséquences dramatiques du dérèglement climatique : montée des eaux, ouragans, épidémies, etc.

Le système financier et bancaire, aujourd’hui mondial, a déjà sacrifié une partie de la population mondiale civile et, comme par le passé, pour ses intérêts n’hésitera pas à poursuivre un génocide masqué : quelques milliers de morts tous les jours dans le monde en raison des conflits armés, de la misère, du contrôle des ressources, cela se voit peu. D’ailleurs, ce système possédant l’ensemble des médias, il en contrôle le son et l’image, le sens et l’information communiquée est contrôlée, calibrée pour nous habituer, nous déshumaniser peu à peu, nous replier sur notre propre bonheur encore possible avant la catastrophe planétaire.

Faute d’avoir « réenchanté le rêve français », Hollande en a fait un cauchemar.

6 juin 2015 – copyright patrick pérez séchéret.

commentaires
1 2 > >>