Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

France muselée, droits de l’homme et libertés fondamentales suspendues !

Publié le 27 Novembre 2015 par ruraledeprose

France muselée, droits de l’homme et libertés fondamentales suspendues !

La COP 21 a bon dos pour ne faire entendre que la voix de son maître et museler dans leurs actions les citoyens, les organisations et ONG mobilisés par la marche mondiale pour le climat. A Paris, l’état d’urgence impose qu’il n’y ait aucun rassemblement. En gros, vendredi on sort les fanions tricolores et dimanche on reste chez soi et on regarde et écoute la voix de son maître…

Pour ma part, LA MEMOIRE DEBOUT, je resterai pacifiste et je profiterai de mon dimanche pour lire notamment La Bataille de Jean Rouaud, faire la lessive, avoir un pensée pour toutes les victimes d’attentats ou de guerre, et souhaiter qu’il n’y ait pas d’incidents radicaux ce dimanche à Paris qui donneraient de grain à moudre au gouvernement…

Mais il est stupéfiant que les droits de l’homme et les libertés fondamentales soient ainsi suspendus et, plus grave, que la France ait demandé à l’Union européenne à cet effet de déroger à la convention qui prévoit leur sauvegarde ! Ainsi, les mesures privatives de libertés ne seront pas recevables auprès de la Cour européenne des droits de l’homme dans la période d'état d'urgence!

Gravissime. Toute personne peut donc être arrêtée. Toute personne peut donc être perquisitionnée si son comportement menace la sécurité et l’ordre public et, pour en juger a posteriori ou pas, le Parquet (donc la justice) en serait averti…

Il est plus que temps d’ouvrir les yeux sur les dérives qui sont en cours et de tout faire pour que l’état d’urgence cesse au terme des 3 mois décrétés presque à l’unanimité de la classe politique. Il faut qu’alors lui soit substitué :

- un programme concret de boycott total des pays qui financent les fascistes de DAECH et commercent avec eux, coupant ainsi l’organisation des moyens de ses crimes et permettant de mettre fin à la guerre,

- que des mesures drastiques soient prises comme à la Libération pour :

- stopper les politiques d’austérité qui sont rétrogrades, socialement nuisibles, qui nous appauvrissent et cassent toutes les structures publiques de notre pays et livrent au tout marché de la concurrence, donc à la jungle sans limite, hommes et territoires,

- permettre aux millions de laissés pour compte de notre société de vivre mieux c’est-à-dire humainement et avec de l’espoir en la vie car l’espoir est une arme de progrès, de paix et de concorde.

Il y a l’argent pour cela puisqu’il y en a par milliards pour faire la guerre !

Que la coalition serve l’humanité sous contrôle strict de l'ONU en s’attaquant aux causes des problèmes et non à leurs seules conséquences !

Que la France donne l’exemple au lieu de se noyer dans un linceul tricolore lugubre de la conscience et de la morale, dans les chants néo-patriotiques !

Vive la République, Vive la France!

commentaires

Etat d'âme pour un état d'urgence

Publié le 26 Novembre 2015 par ruraledeprose

Etat d'âme pour un état d'urgence

J’avance parmi l’alarme sur des chemins de suie

Où s’agitent des suaires en tricolore

Je croise des humains sans lumière

la peur et le drame aux paupières

J’ai des sanglots de rire à pendre aux étoiles

Des culottes de soleil des silences de veille

Ce siècle ne n’effraie pas

Car nous aurons raison du cliquetis des armes

Même si j’écris des larmes sur des prairies de spleen

Certains soirs d’abstinence d’espoir …

Patrick pérez sécheret – Peinture de Roland Bousquet - copyright novembre 2015

commentaires

Un Temps d'anathèmes...

Publié le 25 Novembre 2015 par ruraledeprose

Un Temps d'anathèmes...

Personne ne s’écoute

Chacun son pré carré ses indolences ses avoirs

Personne ne s’écoute

le sang s’écoule goutte à goutte

les anathèmes sont jetés sur les routes

J’ai peur mon frère

Personne ne s’écoute

Je parle bas je hurle

J’ai peur des émules de l’ordre noir

des revenants de la déroute fleur aux fusils

j’ai peur

de la nuit travestie en pogroms

mon frère J’ai peur

J’ai peur des sourates qui tirent

des Torah des Evangiles qui mentent

j’ai peur des drames qui agitent les oriflammes

du malheur qui roucoulent

J’ai peur des libertés dissoutes des livres que l’on brûle

des uniformes qui pullulent

mon frère J’ai peur

Personne ne s’écoute

J’écris j’éjacule les mots de mes doutes

à contre temps des trahisons

au carrefour de la raison et de l’amour

J’ai peur

Personne ne s’écoute

Le monde a triste mine

La haine dans sa guérite se saoule

Mon frère j’ai peur…

Mais des sourires glissent sur ma main

le beau matin entre mes poings

à la couleur d’un ciel serein

la vie s’allume d’une ultime douceur

mon frère je ne renonce pas au bonheur

Je ne renonce pas au bonheur

Je n’ai plus peur

de rien

25 novembre 2015 – copyright patrick pérez sécheret.

Peinture de Helion, A rebours, 1937, in Les Lettres françaises n° 1289 - 1968.

commentaires

Prochain atelier d’écriture et infos de l’urbaine de poésie

Publié le 23 Novembre 2015 par ruraledeprose

Prochain atelier d’écriture et infos de l’urbaine de poésie

Samedi 5 décembre de 10 à 12h à la Maison de la Vie Associative à Vitry.

Thèmes de la séance :

- les carnets de voyages (travail sur le texte de participants, analyse des méthodes de rendre compte, choix des angles, objectifs du récit, hiérarchie des informations, techniques rédactionnelles…),

- Exercices d’écriture : styles poétique, journalistique (choix des mots, prose ou vers, commentaire ou reportage, etc…).

- Calendrier des ateliers 2016 (adhésion nécessaire à l’urbaine pour les 9 ateliers mensuels : 10 euros)

Infos de l’Urbaine :

- lecture musicale le 3 décembre dès 18h au café-restaurant Le Verre à pied, rue Mouffetard, dédicaces de livres, chansons/poèmes en soirée pour celles et ceux qui resteront diner (prudent de réserver).

- 4e festivial de poésie/des voix au chapitre le 4 décembre de 19 à 23h, grande salle de la Maison de la vie associative (voir programme sur cette page, entrée de soutien 6 euros avec pot de l’amitié offert en clôture). Création de Sonate pour Jéricho, texte de Patrick Pérez Sécheret, images Michel Aguilera Munoz, musique Dominique Ottavi. Seront aussi sur scène : Mireille Rivat, Bernard Périllat, JO H, Senuaw… Ce festivial est organisé en partenariat avec le Centre culturel de Vitry.

Bienvenus à vous !

* l'illustration est un dessin de Ingres paru je crois dans Les Lettres françaises en 1967. Elle illustre ici l'écriture qui est en somme un violon d'Ingres....

Contact : urbainedepoesie2.over-blog.com - Tél 06 17 09 84 37

commentaires

4e festivial de poésie le 4 décembre à Vitry

Publié le 23 Novembre 2015 par ruraledeprose

urbaine de poésie
en partenariat avec le Centre Culturel de Vitry
_________________________________________________________________________________________________
4e festivial de poésie des voix au chapitre Programme
bernard périllat [auteur-compositeur]
mireille rivat [auteure compositeur interprète]
jo h [auteur-compositeur-interprète rapp]
dominique ottavi [auteur-compositeur-interprète]
patrick pérez sécheret [poète-écrivain] en avant-première : sonate pour jéricho
images de michel aguilera munoz
_____________________________________________________
vendredi 4 décembre 2015
à 19h au centre culturel de vitry/maison de la vie associative
36 rue audigeois - 94400 vitry-sur-Seine (en face du Mac/Val)
____________________________________________________________________________
cd-livres des auteurs - participation: 6 euros (pot fraternel)
Réservation : 06 17 09 84 37 ou perez-secheret@gmail.com

commentaires

Vers à pied au Verre à pied le 3 décembre 2015

Publié le 23 Novembre 2015 par ruraledeprose

Lecture musicale et ptique

Vers à pieds au Verre à pied

Patrick Pérez Sécheret

Poète-écrivain

Lecture-dédicace de ses derniers livres parus chez amapola

à la musique : Dominique Ottavi

___________________________________________________________________________

Jeudi 3 décembre 2015 à 18h

___________________________________________________________________________

perez-secheret.over-blog.fr

commentaires

Etat d'urgence permanent : coup d'Etat permanent?

Publié le 17 Novembre 2015 par ruraledeprose

Etat d'urgence permanent : coup d'Etat permanent?

L’horreur, l’abjection, la colère, la peur, toutes les expressions sont utilisables mais fabiles face à la barbarie, à la criminalité terroriste, aux meurtres, au carnage que perpétuent des fanatiques qui tuent des êtres humains, des civils.

Les attentats du 13 novembre auraient pu permettre, même si bien sûr des mesures d’urgence étaient nécessaires, de prendre du recul, de réfléchir aux causes des événements, à ce qui conduit à de pareilles situations.

Non. On ne traite dans notre démocratie bien amoindrie, et depuis des décennies, que les conséquences dans leur immédiateté et dans le temps de l’émotion populaire bien légitime. Les attentats contre Charlie-Hebdo auraient pu le permettre…

Mais il n’y a pas de volonté politique pour tarir ces dernières à la source, trouver et mettre en place les remèdes nécessaires à la hauteur des besoins en tous domaines du peuple de France. Nous sommes peu à le dire.

L’état d’urgence décrété est justifié pour quelques temps, pour prendre des mesures efficaces, immédiates de protection des populations, d’investigations rapides pour retrouver les coupables, les commanditaires des assassinats.

Mais l’état d’urgence, dans lequel se trouve la France depuis vendredi, n’est pas défini dans la Constitution mais par une loi et un décret est nécessaire pour l’instaurer 12 jours, ensuite, il faut une loi pour le maintenir.

Elle va arriver et en vrac avec elle la possible modification de la Constitution car le Président considère que nous sommes en guerre, que seule l’unité nationale peut sauver la France, nos valeurs…

Le terme est un peu fort : il n’y a pas d’armée qui envahit notre territoire, juste des fanatiques terroristes qui se réclament de quelques hordes de milliers d’hommes assoiffés de sang, avides de satisfaire les plus bas instincts, rien de plus et situés hors de nos frontières. Des milliers d’hommes qui mettent à sac et à sang les territoires et les villes qu’ils contrôlent en Syrie, en Irak, réduisant en esclavage les populations.

La poignée d’entre eux qui commet des attentats hors de l’Orient, à Paris ou ailleurs, doit être anéantie sans faiblesse dans le cadre national et européen. Ailleurs aussi.

Mais, là aussi, derrière le terme de guerre, guerre que nous faisons par nos frappes aériennes depuis 2 ans, avec la grande efficacité connue, en Irak, on évite de parler de causes et des soutiens divers dont bénéficient les fascistes usurpant le nom de Dieu, travestissant les préceptes de l’Islam.

On ne parle pas ou peu des ressources dont ces fascistes disposent, des complicités d’Etats de la région qui leurs ouvrent les frontières, leurs achètent du pétrole, leurs vendent des armes ! Nous sommes amis avec certains Emirats, non ? On vend des armes et eux soutiennent des factions extrémistes sur le terrain, attisent les haines inter-religieuses entres les musulmans… Mais bon.

Le terme de guerre est disproportionné avec la vraie qui est menée depuis des années contre des populations civiles au Proche-Orient, en Afrique. Des milliers et des milliers de morts… des millions de migrants qui fuient les combats, les massacres, hommes, femmes, enfants… Nous voyons cela tous les jours sur les écrans. L’état d’urgence ferme nos frontières.

Donc, le Président en quatre jours propose de modifier la Constitution, de rendre permanentes des mesures de sécurité, celles que j’ai déjà évoqué, la déchéance de nationalité même si le terroriste est né français, aucun retour possible en France pour les binationaux, l’expulsion immédiate, pouvoir de police de tirer à vue en légitime défense…

Le Président ne propose pas de solutions (aux conséquences des causes), il instaure l’Etat d’urgence permanent et, pour le faire appliquer, il a annoncé des milliers de postes créés d’ici 2017, postes qui ont été supprimés auparavant par M Sarkozy… Il envisage même une Garde Nationale constituée de réservistes pour le maintien de l’ordre public (Celle-ci réprima la révolution de 1848…).

L’état d’urgence est une restriction des libertés publiques fondamentales car il permet : d’instaurer le couvre-feu, de réglementer la circulation des personnes ou leur séjour, d’assigner à résidence, de fermer des lieux, des salles de spectacles, des commerces, d’interdire des réunions (politiques aussi), d’effectuer toute perquisition jour et nuit sans recours au juge, de contrôler tous les medias. En extension, on peut faire jouer l’imprimatur… L’Etat d’urgence ne peut pas devenir permanent.

La sécurité des biens et des personnes fondent l’Etat républicain dans le respect des libertés publiques et individuelles mais elle doit être garantie dans le respect des droits de l’homme, de la liberté d’expression et d’opinion. Mais aussi respect des libertés de droit : aux soins, à l’éducation, à la culture, au logement, à l’emploi, à la retraite…

Ce n’est pas faire un procès fait au Président que de penser concrètement que l’on tourne le dos à cela, au vrai pacte républicain d’égalité, de fraternité, de solidarité et de justice sociale. Il avait promis de faire le contraire de ce qu’il a fait depuis son élection. Le Président ment mais justifie ses décisions au nom de déficit, des nécessaires mesures de restriction, de casse des services publics, du code du travail...

Le Président est un grand tacticien politique qui a trompé ses électeurs et poursuit des politiques de désespérance sociale depuis 2012. Des politiques qui créent de l’angoisse, des ressentiments chez les plus démunis mais pas seulement, favorisent un terreau fertile pour la colère, les repliements identitaires et communautaires qui attisent les craintes, préparent même à la haine par le rejet de bouc émissaire…

Le Président sait qu’il n’a plus de majorité légitime dans le pays et cherche une solution pour en recouvrer une. Les attentats, prévisibles, sont l’occasion de sortir une boite à outils répressive pour répondre au déficit démocratique.

Faut-il le croire aujourd’hui, dans l’unité nationale sous le coup de l’émotion, quand il affirme vouloir respecter les libertés fondamentales ? L’appel à l’unité nationale n’est-t-il pas un relent d’union sacrée, d’union nationale* ?

Que chacun se fasse son opinion personnelle, sans crédulité ni naïveté. « Celui qui ne prévoit rien est souvent dupe ; celui qui prévoit tout est toujours malheureux », écrivait La Bruyère.

Que chacun se pose la question : sommes-nous en guerre, contre qui, qui est en guerre et contre quoi, et surtout pourquoi et pour qui ?

Patrick Pérez Sécheret - Copyright 16 novembre 2015.

* Chaque fois celles-ci ont conduit au malheur en 1914 et en 1940.

commentaires

Lecture musicale et dédicace à Paris le 3 décembre 2015

Publié le 4 Novembre 2015 par ruraledeprose

Lecture musicale et dédicace à Paris le 3 décembre 2015
commentaires

Un livre sur les peintures de Roland Bousquet

Publié le 3 Novembre 2015 par ruraledeprose

Un livre sur les peintures de Roland Bousquet

Roland est un peintre que je connais depuis 1996 et un ami. Peu classable dans un tiroir de telle école de l’art, de la peinture, il navigue à sa façon dans un monde qui le révolte, qu’il transcrit dans son histoire mémorielle. Soit ici un tableau de la grand-mère en route sur un chemin de fortune, là des fresques qui tiennent de la bande dessinée et nous restituent l’épopée humaine dans sa tragédie et aussi sa beauté. Roland est un peintre d’humanités. Voici que vient de paraître un livre-catalogue qui résume assez bien son parcours malgré une impression qui ne donne pas l’identique des peintures et une mise en page qui ne les met pas en valeur comme il faudrait, selon mon goût. Le mérite de ce livre, sous le titre Le Temps revient, publié par les éditions AC, réalisé sous la direction de Salvatore Lombardo, est de réunir des pièces à conviction et notamment une série de tableaux inscrits dans une forme géométrique (carré, losange, rectangle, triangle), des entretiens avec le peintre, sa façon de parler de son travail : « J’étais peintre. Je n’avais pas à me préoccuper de le devenir. » Il y a aussi des photographies, Roland et sa moustache-pinceau malicieux, les amis, le voyage qui continue entre Var et Lozère. Roland mériterait des lieux d’exposition à la mesure de son talent, je veux dire de ces trouvailles, de ces fresques qui nous parlent en millénaires, au quotidien, d’une saga époustouflante et toujours tendre. Le temps viendra où enfin, né de notre rencontre, un livre déjà ancien, où se côtoient peintures et écritures, sous le titre à rebrousse-toiles, sera édité. Cet ouvrage dit beaucoup de l'amitié que je porte à l'homme, de l'admiration fascinée que j'éprouve de son travail en simple poète.

Patrick Pérez Sécheret

3 novembre 2015.

Le Temps revient, éditions AC, 229 chemin de l’Amoulette – 84210 Saint-Didier, 20 Euros.

commentaires