Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Expliquer ne sert de rien. Méthode Coué.

Publié le 28 Janvier 2016 par ruraledeprose

Expliquer ne sert de rien. Méthode Coué.

Jamais, depuis longtemps, en tout cas, un gouvernement n’aura été aussi clair sur ses intentions que celui de Hollande, Valls et Macron... De déclarations en déclarations, il démontre qu’il n’est pas de gauche et le prouve par des mesures de droite et même d’extrême droite. Mais comme il en est encore qui se rebiffe, qui cherche à comprendre pourquoi on ne peut pas faire autrement que ce qui est fait par ce gouvernement qui dénie toute approche sociologique, c’est-à-dire toutes études permettant de comprendre les causes des conséquences des événements, des situations, et non l’inverse, que tout ça c’est fini aussi…

Il n’y a rien à comprendre et rien à expliquer. Les intellectuels sont presque d’ailleurs accusés de soutenir Daech, d’excuser les terroristes ! Circulez ! Il n’y a plus rien d’autre à faire, mais ne stationnez pas à plus de trois sur un trottoir, ne dénigrez pas le drapeau tricolore ou la mère Patrie qui est en guerre, oui Monsieur, en guerre ! Une guerre contre le peuple, une guerre contre les peuples en fait. Une guerre intérieure larvée aussi avec la mise en place de mesures de délation obligatoire de la part des médecins, des enseignants, des personnels de Pôle-emploi, des opérateurs d’énergie, des bailleurs, des concierges…

Il est plus que triste d’assister à un long coup d’Etat post-démocratique qui impose non seulement l’état d’urgence pour incapacité à répondre à l’état d’urgence sociale, économique, culturelle, environnementale dans notre pays, comme en Europe, notre pays où ce sont les salariés licenciés par paquets qui sont des voyous et les gentils patrons et leurs actionnaires des victimes !

C’est la fin d’une histoire démocratique, celle du parti socialiste et de ses élites politiques, pour lente trahison des valeurs de la gauche et être passé avec armes et bagages dans le camp du capitalisme libéral mondialisé et financiarisé, à le servir mieux que ne pouvaient le faire des Chirac ou Sarkozy. La boucle est bouclée et on se demande bien ce que pourrait annoncer comme programme la droite et qui aille plus loin que Hollande à droite ou à l’extrême droite (casse du code du travail, fin des 35 heures, etc...)

L’autre gauche se tâte sur une primaire ou pas, Mélenchon ou qui... Espérons que les choses vont avancer de ce côté ! A commencer par statuer sur quel programme, quelles mesures prendre pour refonder l’Europe, réduire l’austérité et la sacro-sainte marchandisation de nos sociétés, prendre à bras le corps le problème climatique et miser sur les énergies renouvelables véritables gisements d’emplois par l’activité… Cela n’exclut pas le traitement de la question migratoire liée aux conflits et guerres, l’éradication de Daech… L’arbre ne doit pas cacher la forêt.

A la fin du quinquennat, la France sera réformée certes, déformée, difforme, méconnaissable, vendue à la découpe au tout marché, à la toute concurrence. Elle aura participé à un recul de civilisation grâce à ce gouvernement, elle n’aura pas vaincu le terrorisme mais causé la mort de milliers et de milliers de civils sur le théâtre des opérations de la coalition, tout en ayant laissé en plus des ghettos dans les villes, des jungles de Calais s’installer sur son territoire...

Rien ne sera résolu pour autant et l’Europe s’acheminera comme notre pays sur le chemin du déclin, de la violence organisée, de la manipulation mentale des citoyens et des répressions réactives d’Etats devenus autoritaires… Mais, il sera sans doute interdit dès lors de poser la question du comment et du pourquoi. Ce serait incompréhensible, l’inexplicable est incompréhensible… Nous aurons vu venir pourtant.

Il y a donc urgence à la levée de l’état d’urgence et à refuser la réforme constitutionnelle !

commentaires

Et cetera

Publié le 27 Janvier 2016 par ruraledeprose

Et cetera

On se retrouvera un jour l’autre sous le soleil qui pleuvra des hallebardes

L’automne aura usé nos manches au bout des branches de nos songes

On croisera nos regards d’épée rouge sous l’averse les filins de pluie pour oripeaux

Universelle chanson de dupe qui berce le temps qui fait le gros dos sous la gerce

Et cetera

On aura vécu ce que l’on peut en dire des coups de semonce des haines

De la douleur quand rien n’est plus à advenir de rien que précaire

Des brindilles d’amour anciennes des bravos mis en scène l’outrance

Des voix mêlées sous un ciel équarri de rides et de hontes bues

Et cetera

On pensera à l’aventure des mots jetés les soirs fous d’ivresse

Sur des nappes à la renverse de soi-même aux devantures

On aura vécu ce que durent les poèmes et la fable des libertés

Le lent très lent murmure des fraternels étés grenades mûres éclatées

Et cetera

On sera juste parvenu vieux à genoux sur des grèves sans poste de secours

A refaire un monde de rêve avec des guerres à qui mieux mieux

On aura fait aussi ce qu’il fallait pour demeurer un peu debout et gais

Entre les vagues de farfadets et de tutélaires disciples assermentés

Et cetera

Et puis le vieux torrent au pied des maisons mortes se taira pour de bon

Fardé de sommeil l’hiver pelé aux fenêtres les oiseaux en exil

On s’accrochera alors à leurs ailes au siècle amidonné de messes

Le cœur battant les nuages d’un chant mort tout à fait pour de vrai

Et cetera

L’amitié aura juste pris froid dans son grand pull de laine

Les lourdes lames de la pluie l’auront fini par mourir ici ou là

A Madrid Londres Quimper Athènes Palmyre ou Sienne

Au verdict de l’amour passager indolent par mourir de vivre

Et cetera

Et cetera

Et cetera

Et cetera

Et cetera...

commentaires

Testament vivarois

Publié le 22 Janvier 2016 par ruraledeprose

Testament vivarois

Quand tout sera fichu avec les pauvres pommes à terre, sans marcassin pour les croquer, sans la musique du torrent en avril, quand il n’y aura plus sur les fils de maillots d’enfants séchant aux pinces de bois sous le ciel mandarine, quand les châtaignes ne seront plus déboguées pour devenir farine, même le monde s’arrêterait de battre aux volets des maisons désertées, je l’aurai aimée et reconnue au creux des murettes noires brodée de busseroles et de fougères cendrées. J’aurai nagé sans fin entre ses roches frangées par la lave du volcan de la Crau, les pas sans compter sur les sentes vers Jaujac, en rebroussant les rus où mes lèvres s’enivrèrent des printemps aux hivers jusqu’aux étés d’airelles en chaos à Chaumiene… J’aurai gouté la vie entière aux prunelles de mes Cévennes, humé la Burle même plus pure que tout poème dès lors elle cloue le bec à l’homme quand elle chante sa mélopée radieuse de neige immaculée. Quand tout sera fini mes cendres seront versées aux pieds des chênes, il fera beau pourtant il fera beau rêver, tout sera consumé et de genêts en fleurs et de blancs mûriers ma vie de lumière outrageusement éclaboussée.

22 décembre 2015 – Paris. Copyright patrick pérez secheret.

commentaires

Israël colonise 150 hectares de terres agricoles près de Jéricho

Publié le 22 Janvier 2016 par ruraledeprose

Israël colonise 150 hectares de terres agricoles près de Jéricho

Cet acte signifie une nouvelle colonisation de la Palestine dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée. C’est un signe négatif pour une solution négociée de la paix permettant la coexistence de deux Etats. L’Union européenne timide a certes déclaré « sa ferme opposition à la politique de la colonisation d’Israël, aux démolitions de structures palestiniennes y compris des projets financés par l’UE, ou aux confiscations ».

Les colonies de Cisjordanie érigées sur des terres palestiniennes sont illégales pour la communauté internationale et un obstacle majeur à la paix. Cette situation ne peut qu’attiser les violences liées à une situation de non-assistance à un peuple en danger. Le secrétaire général de L’ONU estime « que l’absence d’horizon politique pour parvenir à une solution à deux Etats accroît gravement le risque que la situation devienne ingérable ». Il appelle « la communauté internationale à jouer un plus grand rôle afin de sortir de l’impasse ».

Face à cette situation, la France devrait réagir et porter une parole forte, condamner des actes illégaux au regard du droit international pour que l’accaparement de terres palestiniennes cesse, pour que des négociations reprennent susceptibles, par le dialogue, de concourir à une paix juste dans cette région sous les auspices des Nations Unies.

Par ailleurs, il y a débat et contre verse sur le sujet d’un boycott des produits exportés d’Israël et qui sont en provenance des territoires palestiniens. Les actions entreprises contre la commercialisation de produits palestiniens sous label israélien, sont légitimes. Elles protestent en effet contre une politique de colonisation des territoires palestiniens par l’Etat d’Israël.

Cette colonisationexploite un peuple, tire des ressources des ventes des produits exportés sans en reverser ce qui est dû aux palestiniens, tout en poursuivant l’occupation illégale de territoires. Un pays qui ne respecte pas le droit international, ses résolutions, qui agit comme bon lui semble en fonction de ses intérêts, au mépris d’une souveraineté partagée possible et permettant la coexistence de deux Etats, l’Etat d’Israël et l’Etat Palestinien, ne peut que se retrouver face à des protestations. L’étiquetage demandé par l’Union européenne est juste. Car les consommateurs doivent savoir qu’il y a spoliation et acte colonialiste. Comme c’est le cas dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc et des produits commercialisés dans notre pays sous label marocain.

Les événements récents à Jérusalem-Est ont mis en lumière que l’appropriation illégale de terres, de biens ou leur destruction, sont iniques, inacceptables et provoquent des protestations justifiées. Une protestation comme le boycott ne m’apparait pas être un signe d’antisémitisme, ni en France ni en Europe. Elle place l’Etat d’Israël devant ses responsabilités face au droit et conventions internationales.

Je ne partage donc pas l’amalgame qui est fait par le CRIF en France entre ceux qui protestent pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien et ceux qui propagent l’antisémitisme. L’Union européenne devrait suspendre les accords commerciaux avec l’Etat d’Israël pour que cette sanction puisse conduire à la reprise du dialogue et de négociations sous contrôle international pour un retour à la paix entre les deux peuples, dans le respect de leur souveraineté, de leurs Etats. Il reste clair que j’assume un engagement sans faille, pour condamner tout acte raciste, ou terroriste, à l’encontre de la communauté juive en France ou dans le monde, tout comme tout acte à l’encontre d’autres communautés et en l’occurrence palestinienne.

Je reste attaché aux valeurs de respect mutuel sans pour autant considérer que les opinions doivent être uniformes ou se taire face à l’injustice, au non- respect du droit et des conventions internationales. La France devrait peser davantage en ce sens, celui de la paix et du dialogue. Et cela, sans subir ni menace ni pression quelconque, nous n’avons pas besoin de nounou pour nous rappeler à l’ordre face au racisme et donc à l’antisémitisme. Les choses sont trop graves.

(photographie : Michel Aguilera Munoz - copyright)

commentaires

Israël s'octroie 150 hectares de terres palestiniennes près de Jéricho

Publié le 21 Janvier 2016 par ruraledeprose

Israël s'octroie 150 hectares de terres palestiniennes près de Jéricho

Valls va nous accuser d’antisémitisme sans doute à dénoncer la colonisation de la Palestine, et en dernière date, l’accaparement de 150 hectares de terres agricoles dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée près de la ville de Jéricho.

Le mouvement israélien La Paix maintenant considère que cet acte « représente une catastrophe diplomatique, un pas de plus vers la destruction d’une solution à deux Etats coexistant en paix ».

L’Etat d’Israël vole ainsi 90% de l’eau, 90% des terres palestiniennes sans que la confrérie des Nations ne s’en émeuve, confirmant un régime colonial digne de l’apartheid. L’Union européenne timide a déclaré « sa ferme opposition à la politique de la colonisation d’Israël, aux démolitions de structures palestiniennes y compris des projets financés par l’UE, ou aux confiscations »…

Bref, « les colonies de Cisjordanie érigées sur des terres palestiniennes sont considérées comme illégales par la communauté internationale et comme un obstacle majeur à la paix »… Sans succès.

Que reste-t-il aux palestiniens pour se faire entendre ? La violence face à la violence ?

Le secrétaire général de L’ONU estime « que l’absence d’horizon politique pour parvenir à une solution à deux Etats accroît gravement le risque que la situation devienne ingérable ». Il appelle « la communauté internationale à jouer un plus grand rôle afin de sortir de l’impasse ».

Mortifère situation où la violence colonisatrice d’un Etat attise la violence d’un peuple spolié de ses droits… L’histoire se répète lamentablement… Et la France est absente, se contentant de poursuivre en justice ses citoyens qui dénoncent le pillage des ressources palestiniennes...

commentaires

sans dire

Publié le 14 Janvier 2016 par ruraledeprose

sans dire

Le ciel est détendu

Arche vagabonde aux mèches flambées

L’orage n’a pas ouvert la bouche

L’aube a rincé l’hiver d’un paletot bleu

Vous étiez rutilant d’ambre grège

L’oubli n’avait plus l’appétit

14 janvier 2016 – copyright patrick pérez sécheret

commentaires

Primaire à gauche : osera-t-on un printemps français?

Publié le 14 Janvier 2016 par ruraledeprose

Primaire à gauche : osera-t-on un printemps français?

Ne plus regarder les trains passer et prendre le chemin vers une destination à l'opposé de celle où souhaitons aller... Quand le champ est dévasté peut-être est-il grand temps de changer de conducteur et de locomotive...

On pourrait rêver encore un peu si Mélenchon ne fermait pas la porte. Mais, on l’aura saisi, cette primaire proposée par un appel de personnalités exclut les candidats socialistes devenus libéraux ou soutenant les orientations hollandaises et compagnie. Mais les candidats devront proposer autre chose que de vagues verbatim cinglants car le bilan est connu des français depuis 2012. Ils devront proposer donc un programme clair net et précis de rupture pour une alternative politique, économique, sociale et écologique, une alternative aux orientations actuelles libérales et de droite conduite par un président issu du parti socialiste et soutenu par celui-ci.

Une alternative aux mesures autoritaires, liberticides du pouvoir actuel et qui banalisent l’exception et l’arbitraire avec un mépris et une morgue soutenus vis-à-vis des voix qui s’élèvent contre lui.

Une alternative qui refonde la gauche sans le PS de gouvernement. Cela est indépassable car ce parti est politiquement mort dans sa version godillots du pouvoir moribond et dans sa version socialiste libérale. Rien de socialiste ou si peu a été fait pour les salariés, le monde du travail mais tout en revanche pour la finance, les banques, les grandes entreprises apatrides (notamment dans les paradis fiscaux).

Si la question du programme défendu par les candidats de la primaire à gauche n’intervient pas assez vite, la gauche n’aura pas le soutien indispensable des citoyens désabusés, trompés, désemparés, la gauche ne pourra pas proposer une alternative crédible, audible, et portée par ses composantes et bien au-delà. Crédible, audible ce qui suppose la clarté, l’engagement aux paroles données. Sans cela la gauche permettra à Hollande de poursuivre la démolition engagée de notre pays, au mieux de lui permettre en complicité de l’offrir en legs à la droite où avec son concours, de doper les fascistes.

L’histoire enseigne que nous pouvons faire autrement dans la diversité et le respect de chacun ou bien continuer jusqu’au désastre complet. Un regard sur la Pologne, la Hongrie, la Slovénie… est riche de signes annonciateurs. De même les violences organisées faites aux femmes à Cologne…

Seule une démocratie républicaine assumée et d’autres politiques économiques peuvent inverser la vapeur, redonner une espérance aux populations citoyennes. Peut-être faudrait-il que les citoyens s’emparent de cette primaire, portent la voix qui n’est pas celle des partis de la gauche et auxquels ils dénient de plus en plus le droit de parler en leur nom, mais lui disent qu’il faut aller en ce sens.

Le ferons-nous, nous les sans-parti et dont la voix porte peu jusqu’alors ? J’ai dit et écrit que j’étais prêt à cela notamment dans ma ville (relire mon blog notamment les propositions avancées) mais pour l’instant nous sommes quatre à cinq à peut-être envisager un groupe local de réflexion et d’action indépendant des partis, non cornaqué par eux, pour aller en ce sens. Il en faudrait partout…

Les grands moments de rassemblement comme en 2015, ceux d’après les attentats de novembre, ne doivent pas nous conforter en des espoirs sans lendemain. Beaucoup étaient Charlie, d’autres non mais chacun voulait dire à la fois sa colère, son incompréhension, son émotion au nom des valeurs de liberté, de respect de la vie humaine. L’émotion ne peut pas laisser place à de nouveaux repliements ni à la haine, ni à l’idée de vengeance.

Il faut à présent travailler non seulement à combattre bien évidemment les fanatiques, les terroristes, mais surtout pour faire germer une possibilité d’extension démocratique par un retour de la politique dans la Cité, dans le pays et au service du peuple et parmi lui de celles et ceux qui souffrent le plus des conséquences et surtout des causes de la vie difficile, du renoncement à une maîtrise économique sur les biens produits et les services rendus à la population.

Méfions-nous de ceux qui savent, de ceux qui diront qu’ils vont faire. Faisons-nous d’abord confiance et essayons de construire, avec cette primaire de la gauche, un renouveau républicain de la démocratie citoyenne.

Sans nostalgie du passé et pour ne plus regarder les trains passer et prendre une direction à l’opposé d’un destin commun partagé dans la justice, la solidarité, la liberté et la fraternité dans « un grand et beau pays » et dont nous sommes fiers de son histoire quelques que soient nos origines, nos convictions philosophiques ou religieuses.

14 janvier 2016

commentaires

Le riz cantonnais

Publié le 12 Janvier 2016 par ruraledeprose

Le riz cantonnais

Qui aura raison un jour de lui-même au miroir du néant

Aura cru ivre de rencontres être aimé de cet autre évanescent

De ce double des tréteaux des applaudissements…

Qui saura le bonheur de ne croire en rien d’autre pourtant

Que cet autre différent dans son pas comme un chant

Une voix venue cueillir des mots d’espoir pour un instant…

Il aura cru voir mais il écoutait

Il aurait voulu entendre mais il discourait

Le temps a fait son office de riz cantonnais…

commentaires

Presse nécrophage... rebut de presse

Publié le 12 Janvier 2016 par ruraledeprose

Presse nécrophage... rebut de presse

- Over dose nécrophagique ! David Bowie fait recette… La presse se nourrit des morts. Celui-ci est tout de même plus gai que les victimes d’attentats et que ces pauvres exilés de Calais et d’ailleurs… Mais, cela fait beaucoup de morts en vrai et de morts vivants, les uns encensés, les autres oubliés, quand même, non ? Je n’ai pas le goût des cénotaphes papivores, trop est trop. Et, pour ma part, je ne regarde pas les images, je n’ai plus la télévision… Il me restait la presse écrite et voilà que l’encre noire me poursuit.

- Il y a aussi la mort de la démocratie, la tentative surréaliste des primaires à gauche… un melting-pot qui en soi pourrait peut-être, si Hollande est écarté de la liste des prétendants, pourrait à la rigueur donner un peu d’air au marigot frelaté politique, rassembler les bonnes volontés de progrès au-delà des partis moribonds… Ce petit espoir mérite attention.

- Côté libertés, on ne voit pas d’horizon éclairci : la constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité restent d’actualité pour un régime en faillite morale et liberticide.

Hauts-les-cœurs ! Le printemps c’est presque demain !

Peinture de l’ami Jean-Jacques Laigre – copyright 2016

commentaires

Les ateliers d’écritures 2016 vous attendent !

Publié le 11 Janvier 2016 par ruraledeprose

urbaine de poésie

Les ateliers d’écritures 2016 vous attendent ! Bonne année !

Les ateliers ont pour ambition de donner envie d’écrire bien plus que d’enseigner une méthode, un genre ou un style : construction de phrases ou de vers, conjugaisons, choix de mots-images, histoire de l’écriture, ses contenus et formes classiques ou modernes, étude de textes, jeux de mots, textes à trous, homophones, genres et styles littéraires. Liberté des mots donc pour délier la parole, la partager dans l’essai d’écriture personnelle ou collective.

En 2016, les ateliers se tiennent les samedis 23 janvier, 20 février, 26 mars, 9 avril, 21 mai, 18 juin 24 septembre, 15 octobre, 26 novembre et 10 décembre de 10 à 12h à la Maison de la vie associative (inscription préalable souhaitée).

L’adhésion annuelle 10 euros minimum (10 ateliers compris).

Contact : Tél. 06 17 09 84 37 Blog : urbainedepoesie2.over-blog.com

Siège social : Centre culturel de Vitry, Maison de la vie associative,

36 Rue Audigeois - 94400 Vitry-sur-Seine.

commentaires
1 2 > >>