Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Le Père-Lachaise (exercice de style)

Publié le 29 Mars 2016 par ruraledeprose

Le Père-Lachaise (exercice de style)

La ville des Mort est cruellement paisible

Les petites maisons calmement s’alignent

Le long des rues tristement pavées

Pour les uns humbles juste un insigne

De leur vie trépassée

Pour d’autres ostentatoire richissime

Le printemps tarde aux allées

Les rosiers sont à peine en boutons

Ici reposent Paul Eluard André Breton

Le premier à sur sa tombe des graviers

L’autre gît sous une pierre de grés

Leurs poèmes à tout vent dispersés

Le Père-Lachaise est très fréquenté

On y vient promener ou en quête

Des sépultures de célébrités

Des amoureux et des personnes âgées

Déambulent dans la ville immolée

Ici et là de quelques pâquerettes…

Ici le temps a un goût de l’éternité

Les grands-hommes et les petits

Gentiment sont rangés

Par ordre du mérite ou de postérité

A l’aune de leur propre vie

Pour jugement dernier

27 mars 2017

commentaires

Bruxelles-Paris solidarité (poème-tract)

Publié le 23 Mars 2016 par ruraledeprose

Bruxelles-Paris solidarité (poème-tract)

Que faut-il lui faire à la barbarie

Lui couper la gorge

Lui tordre le cou

Ou s’en battre les couilles

Jusqu’à ce que mort s’ensuive

La gorge tranchée

Le cou tordu

Les couilles avalées

Paris-Bruxelles solidarité

Que faut-il lui dire à la barbarie

Des mots coupants

Des gros mots

Des injures salaces

Ou se fermer la bouche

Mots tus

Mots minces

Injures rentrées

Paris-Bruxelles solidarité

La barbarie n’est pas une religion

Juste une petite armée de quelques milliers de voyous

De gangsters de névrosés de refoulés

Des produits de notre société

La barbarie il faut la clouer au pilori

La frapper à la caisse

Boycotter son pétrole

Arrêter de lui vendre des armes

Paris-Bruxelles solidarité

La barbarie il faut l’éradiquer

De nos banlieues ghettos

En supprimant les ghettos de banlieues

Où nous l’avons abandonnée

Où germe la haine du rejet

En éduquant ses enfants correctement

En leur permettant une vie digne

De dignement exister

Paris-Bruxelles solidarité

La barbarie c’est nous-même

En nos pays riches pleins de pauvres

Notre déclin annoncé

Si nous ne parvenons pas à résoudre les causes

Des conséquences

de la barbarie

Paris-Bruxelles fraternité

22 mars 2016 – copyright patrick pérez sécheret

commentaires

Triste fin de Révolution : Cuba s'ouvre au luxe

Publié le 22 Mars 2016 par ruraledeprose

La Révolution s’achève et sans doute la censure sera levée sur internet. Le luxe fait son retour rapide à Cuba. Dans la vieille Havane de nouveaux restaurants privés font florès avec des menus qui représentent deux mois de salaire du personnel de service. A 80 berges, on vend des journaux dans les rues car la retraite de 9 euros n’y suffit pas pour vivre. 80% des Cubains sont nés après la Révolution et découvrent une société à plusieurs vitesses : les riches (dont la monenklatura) , les fonctionnaires (pas très riches), les pauvres auxquels les privatisations offrent un peu d’espoir de s’enrichir ou de mieux gagner leur vie… Reste le système de santé gratuit et performant par bonheur et l’analphabétisme vaincu... Voilà en gros ce qui va rester d’une Révolution qui fit rêver, qui s’achève comme les autres révolutions socialistes dans le monde, dites du bloc de l’Est, dans le souvenir de belles idées généreuses trahies économiquement –et le blocus américain a le dos large pour justifier seul les échecs cubains- une Révolution qui restaure le capitalisme et demain les libertés d’opinion et d’expression, et déjà les bordels honnis de l’époque Batista …

commentaires

Incantation au printemps qui ne voulait pas venir

Publié le 21 Mars 2016 par ruraledeprose

Incantation au printemps qui ne voulait pas venir

Monsieur le printemps perdez-vous la tête

Voilà que les fleurs poussent à l’envers

Le ciel est tombé on dirait la mer

La terre s’envole vers la voie céleste

Monsieur le printemps revenez à vous

Chantez nous l’amour

Prenez par le cou

Son corps de velours !

Monsieur le printemps ne soyez pas triste

L’hiver votre amant s'il a mis les bouts

Le temps est venu des bourgeons en piste

De nous laisser mordre les gueules de loup

Monsieur le printemps revenez à vous !

L’automne vous attend bien évidemment

Dans un bosquet roux

Mais c’est votre temps d’être parmi nous

Faites votre boulot Monsieur le printemps

Tout le monde attend

L’or des primevères

L’ère des bigarreaux

Le printemps docile a ouvert ses mains

Les portes des sèves des folles floraisons

Pour une ingénue à l’air florentin

Il a recouvré toute sa raison

A vous grand merci Monsieur le printemps

A bas les cache-cols et les manteaux lourds

Voilà revenu le temps des serments

Le temps des amours !

17 mars 2016 – copyright patrick pérez sécheret / photographie de jean-claude hubert.

commentaires

Les Belles choses de la vie

Publié le 15 Mars 2016 par ruraledeprose

Les Belles choses de la vie

Je n’en finirai pas de croire l’amour possible

Encore un zeste / un souffle sur la tempe / un nouveau filet d’eau à l’assaut des yeux

La terre qui lui ressemble / chevauchées d’oiseaux

Tissu que l’on froisse qu’il s’agirait des heures

A ne penser rien qu’un souffle sur la joue

Un songe devenir / les belles choses de la vie

Aux plis des linges doux / l’odeur du jasmin / la rosée des matins

Sur l’ardoise de nos jours / les belles choses de la vie

Je n’en finirai pas de croire mes doigts / sur la peau la caresse si douce de la morsure

Rien d’autre à la patère juste ce sanglot d’amour

La chair et le délire le champ d’aimer

Je n’en finirai pas d’allumer les étoiles / sous ma lèvre pour quelqu’une

Au soir qui s’accoutume au pressoir du soleil

Où versent les voiles rousses des saisons / les belles choses de la vie

Simplement les belles choses de la vie

Je n’en finirai pas de croire en la marée

au bonheur encore / encore le cœur soulevé battre

pour un corps tremblant nu / par la vitre aperçu

ma vie à la sauvette à l’aune du tendre

encore un peu encore / juste un frisson de pluie

la lampe de chevet revêtue d’une culotte ajourée

les belles choses de la vie / à se dire moins les choses

en tendre économie / les belles choses de la vie

Je n’en finirai pas d’approcher des navires à la crête des monts

encore un peu / fermer les yeux / un papillon géant frisant nos souvenirs

la peur qui s’endort sur l’escalier brûlant

les belles choses de la vie / que de dire de mieux encore

emplir nos doigts de doigts / aux chevelures de comètes sombres

puis tirer le manteau à la nuit / à l’infini des hanches

à l’approche de l’envie / de vivre encore un peu

belle amour / les belles choses simplement

les belles choses belle amour

les belles choses de la vie

(Extrait du CD Cantique au couteau, amapola éditeur. Copy-right Patrick Pérez Sécheret/sacem)

commentaires

Toute personne a des ailes

Publié le 11 Mars 2016 par ruraledeprose

Se tenir à un croisement après une crucifixion,

Et de reconnaissance ne pas savoir où aller.

Le chemin est court, en tout cas.

Choisis celui que tu veux,

Peu importe.

(…)

Une ration

De raison, une ration

De bonheur, cela, le plus souvent,

Suffit, une ration

Ingeborg Bachmann

(NRF Poésie).

commentaires