Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

L’ascension tranquille du fascisme ordinaire

Publié le 24 Mars 2015 par ruraledeprose

20150320_090012.jpg

Va-t-on oser le dire : le président de notre république, son premier ministre, son gouvernement, son parti socialiste,  sont plus dangereux que le parti d’extrême-droite : ils lui préparent son lit depuis des mois en désespérant les électeurs de gauche par des politiques qui tournent le dos à leurs engagements et qui sont directement dictées à Bruxelles. Ils ont même prévenu : on ne changera pas de cap, l’austérité rien que l’austérité, la même politique que celle de Sarkozy à de petites nuances près grammaticales. Résultat, pour la première fois dans un scrutin local des représentants d’un parti d’extrême-droite vont pouvoir se faire la main, mieux propager leur venin, en avoir les moyens issus d’un mandat démocratique. La fausseté précisément de la représentation démocratique dans nos systèmes d’élections rend plus acide l’avancée du FN le 21 mars : sans alliance il parvient force de 5 millions de voix à être en tête dans 40 départements et en capacité de se maintenir dans la moitié restante à pourvoir au second tour. Dimanche soir prochain le succès des urnes ne sera pas reconduit pour autant mais la défiance exprimée à l’encontre de toute la classe politique et des partis aura placé le FN, parti d’inspiration raciste et fasciste, en possibilité de conquérir le pouvoir démocratiquement. L’affrontement gauche-droite ne signifie plus rien de trahison en trahison de l’électorat de gauche par la social-démocratie passée avec ferveur au service des valeurs marchandes.

En 1933, les nazis n’étaient pas majoritaires lorsqu’Hitler accède au pouvoir. En 2015, aucun parti n’est majoritaire. Quelles alliances se joueront dans les coulisses pour le pouvoir, pour voir perdurer la nouvelle forme de mise en esclavage des peuples ? Après avoir favorisé le terreau de l’extrême-droite dans les esprits crier au loup de suffira pas. Il faut des actes concrets contre le fric indécent et pour en finir avec la misère croissante. Le peuple est capable du meilleur et du pire quand il souffre et cela sans rapport avec les causes des conséquences de ses malheurs.


 Faire barrage à l’extrême-droite par les urnes devient donc un vœu. Il faut redonner l’espoir à ceux qui sont en bas de l’échelle sociale, les laissés pour compte des profits et, pour cela, rompre avec toute politique d’austérité et de désespérance sociale, de déculturation in facto par le fric et la diffusion médiatique de conneries journalières indigentes ouvrant grandes les portes du repliement sur soi, de la dénonciation de boucs émissaires fautifs. Alors, faut-il avoir peur pour autant ? Non, mais à présent, le loup est dans la bergerie dite démocratique et le loup quand il prend, a pris, le pouvoir, il ne s’en sépare plus et le retour aux urnes ne peut se faire que par sa défaite et la force.

Pour l’instant, gauche et droite sont à l’étiage de 36% d’électorat, mais quelle droite (UMP-UDI) et quelle gauche (PS-Verts-Front de gauche) ? Sur quelles valeurs républicaines, quelles fondations humanistes ? D’autant que le FN, à présent, aura des tribunes et des relais sur tout le territoire national et l’on sait bien qu’il ne manquera pas de prétendants à l’exercice tranquille du fascisme ordinaire…  si la condition sociale demeure ce qu’elle est.

Quand le terreau est fertile, quand les conditions sont réunies, la bête qui sommeille en l’homme s’éveille et les plus grands malheurs deviennent possibles. Tout un chacun le sait bien, en est averti en conscience

Copyright 2015-24 mars.

 

Commenter cet article