Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

logographes impénitents

Publié le 16 Octobre 2009 par ruraledeprose

Boire l’hysope tout seul ne siet pas, à moins de finir gommé au teint hâve en maison de retraite à étoile du mort.

 

Drame romain

Les féralies s’estompent et les oraisons funèbres sont jaculatoires. 14-18, 39-45...les épitaphes ont du plomb dans l’aile. La conscience humaine est dans la narse et toute supplication devient inutile. Dès lors que les morts s’oublient que pèsent les vivants ?

 

L’à propos d’une locution

Comme nous nous éprenions vice-versa, je m’étonnais qu’elle puisse entre ses cuisses retenir la gouille ni moi-même le sanglot de mon coeur en quenouille. La locution s’applique aussi recto-verso mais ça mouille pas pareil.

 

Exorde

Elle ne m’importait guère plus qu’une pipistrelle cévenole mais sa rimaye m’enchanta quand mon glacier s’y planta pour se réchauffer la hampe. Elle était volage et j’étais volcan : dissonants, la passade laissa à mes lèvres un goût de cendre. J’étais un codre désemparé sur l’océan fendu de larmes à mer.

  

Ironie du sort

Une béchamel c’est comme un lit sous décor. Mise au four ça frétille puis les corps se lassent, la faim passe dès le plat servi. En amour en serait-il pareil, la sauce prise, la passion serait déprise?

Commenter cet article