Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Sahara occidental : le peuple sahraoui spolié

Publié le 22 Janvier 2015 par ruraledeprose

arasd2.jpg

 

Si la solidarité avec la juste cause du peuple sahraoui pour son indépendance existe et en témoigne l’assemblée générale des Amis de la République sahraouie Arabe Démocratique en France (17 janvier au Mans), l’indifférence de l’Union européenne face au néo-colonialisme marocain, pays qui occupe illégalement 80% du territoire sahraoui depuis le départ des Espagnols en 1975, est insupportable : comment peut-on au nom d’intérêts mercantiles s’assoir sur le Droit international ?

Eric Hagen, responsable de l’association de défense des ressources naturelles (Western Sahara Resource Watch (site en ligne) a mis en lumière l’autorisation faite par le Maroc aux sociétés pétrolières Kosmos (USA) et Total-France de forer dans l’océan dans les eaux sahraouies (souveraineté espagnole du territoire puisqu’il n’y a pas eu de référendum d’autodétermination comme prévu par l’ONU) en vue d’y exploiter les gisements de pétrole pour le compte du Royaume marocain. Des actions juridiques sont en cours contre cette spoliation des richesses naturelles sahraoui avec la bénédiction de l’Union européenne, l’accord tacite de la France.

Hans Corell, ex-secrétaire générale adjoint de l’ONU a dénoncé le 14 janvier dernier « les contrats signés entre le Maroc et la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy et le programme de forage en cours en mer qui sont une « violation des principes du droit international en ce qui concerne les pays en processus de décolonisation ».

De même, en ce qui concerne les produits alimentaires (fruits, légumes, huile de poisson…) vendus sur nos marchés et dans les grandes surfaces sous l’étiquetage IDYLE AZURA, produits qui transitent par Perpignan et sont distribués sous label tricolore, ce que dénonce la Confédération Paysanne (action en justice en cours auprès de la Cour européenne). Ce pillage économique rapporte au Maroc 15 millions d’euros par an sur les ventes en France et aucune taxe n’est reversée aux Sahraouis !

L’UE, la France, ont signé des accords avec le Maroc au mépris du droit international et le Front Polisario a introduit un recours en annulation devant la Cour européenne de Justice contre l’accord de pêche Union européenne/Maroc. Cela rapporte 300 millions d’euros  par an au Royaume du Maroc !

Western Sahara Resource Watch a remis 3 rapports sur le sujet et en ligne :

- L’injustice totale sur la présence de TOTAL SA au Sahara occidental occupé,

- La sale marche verte ou l’énergie verte complice de l’occupation du Maroc,

- Etiquette et responsabilité : droit d’information des consommateurs de l’UE complices sans le savoir de l’occupation marocaine

On est en droit de savoir que nos tomates-cerises ou melons  viennent des terres sahraouis tout comme des fruits palestiniens vendus made in Israël ! D’autant que l’Union européenne donne aux consommateurs le droit d’être correctement informés sur le pays d’origine des produits mais l’UE a deux langages selon les intérêts de certains de ses pays membres dont la France...

Revenons-en au pétrole et aux entreprises françaises qui travaillent dans les territoires occupés en toute illégalité dans le domaine de l’énergie :

- TOTAL qui prospecte pétrole et gaz au large du Sahara occidental

- 5 groupes internationaux dont EDF Energies nouvelles, GDF-Suez et Alstom, retenus au concours d’appel d’offres du projet éolien de l’Office de l’électricité du Maroc, L’Usine Nouvelle…

Dans le domaine agricole, le groupe franco-marocain « Azura et Idyl.

Il faudrait, dans l’attente des décisions de la Cour européenne de Justice, organiser un boycott de ces produits en France en informant les consommateurs comme cela se fait en Suède. Le hic est que ce boycott est réprimé et qu’une amende conséquente nous en dissuade ! Informer pour que les gens n’achètent pas est un acte politique d’importance (la Suisse étiquette Sahara occidental par exemple les produits sur son territoire).

Que dire sur le respect des droits de l’homme dans les territoires occupés ?

Aucun groupe médical indépendant, Croix-Rouge ou autre, ne peut rendre visite aux prisonniers sahraouis pour une expertise médicale et confirmer des actes de torture avérés par de nombreux témoins de moralité. La Mission de l’ONU sur place, la MINURSO, en charge de recenser les Sahraouis en vue de l’organisation du référendum d’autodétermination, n’a toujours pas mission de surveillance du respect des droits de l’homme. L’Union européenne, grande union de démocratie et de libertés, ne cesse pas ses accords commerciaux et autres avec la puissance occupante. Situation dénoncée par les parlementaires européens de la Suisse, le 4erapport  présenté par Human-Rights, le CODESSA, la Fondation Danielle Mitterrand et ACAT-France (Association catholique) pour élargir le mandat de la MINURSO.

Face à cette situation, depuis le Cessez-le-feu aucune violation des accords n’a été entreprise par les Sahraouis qui ont attendu pacifiquement une solution de la communauté internationale. Leur confiance est trahie jusqu’alors par l’impunité marocaine.

Le Maroc essaie par cette spoliation du territoire sahraoui de sortir d’une grave crise économique et de procurer de l’emploi et des activités aux Marocains, de réduire ses importations d’énergie (20% prévus en 2020). D’ailleurs ceux-ci bénéficient de 80% des emplois créés !

La question sahraouie peut et devrait faire l’objet d’études académiques, universitaires dans le domaine du droit international, de souveraineté nationale, d’accords ou de conventions juridiques illégaux (commerce, exploitation de ressources naturelles, entrave aux droits de l’homme). Un pays « voyou » au regard du droit international avec des complicités françaises fait ainsi perdurer une situation de néo-colonialisme au Sahara occidental.

 On peut agir avec l’ARASD* en France. Vous pouvez agir. Nous devons agir car la jeunesse sahraoui n’en peut plus de cette situation, un peuple de vivre dans des camps de réfugiés depuis deux générations.

Patrick Pérez Sécheret

* Information : Association des Amis de la République Sahraouie Démocratique : www.sahara-info.org – www.ecrirepourlesliberer.com

 

Commenter cet article