Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Un automne 1939

Publié le 21 Octobre 2014 par ruraledeprose in politique

 

 Les hommes poussaient sur les routes des fardiers chargés de toute une vie, les femmes courbées cachaient leurs larmes dans leur fichu noué et tiraient les enfants vers les fossés à la moindre alerte d’un avion en piqué.

 

Le temps avait l’air d’une immense gratture, partout la peur au ventre rôdait, les soirs étaient lugubres, les curés silencieux, le maréchal pendard astiquant ses épaulettes décrétait obligatoire le port de l’étoile jaune pour les juifs de France. Le temps prenait son quart pour étendre les haines et pousser dans les trains à bestiaux des êtres humains. La République d’un coup devint putrescible et l’horizon de cendre.

Innocemment le peuple avait vu venir la catastrophe, la foudre noire, et les partisans cru leurs discours lénifiants, no passaran, ils sont passés. Tout tombait à renverse, le fascisme progressait et avait ses émules dans les banques et la grande industrie.

Le peuple attendrait devant les boulangeries un ticket à la main. Les industriels se mirent en quatre pour servir l’occupant et ses valets serviles. On embaucha en pagaille dans l’automobile, même des enfants. L’ordre régnait par la terreur et par le sang, par réquisition et rationnement.

Et puis tout redevint comme avant. On ouvrit les portes des camps. On restaura la République. C’était il y a à peine 75 ans à l’automne de 1939.

Souvenons-nous ce ces temps noirs aujourd’hui où, de nouveau, les conditions se réunissent pour faire à nouveau le malheur des peuples et des guerres.

La guerre économique est contre les peuples. Elle les dresse pour s’affronter. La guerre économique n’a aucune autre religion que le pognon.rosenthaler

Copyright 2014 patrick pérez sécheret.

dosrosen.PNG

Commenter cet article