Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Le Margouillis de la République défaite sur TF1

Etrange mélange informe et répulsif que le one man show* d’un président élu qui ne préside rien et se laisse dicter et appliquer des directives par une commission européenne, non élue, que les politiques –globalement- se répandent en mêmes litanies du pour ou du contre ou du aurait pu faire autrement.

Nous ne sommes plus dans un malaise ou un déficit démocratique mais dans une spirale dictatoriale puisque une minorité impose à tous une politique dictée de l’étranger, apatride. Et cette politique s’impose à ce qu’il reste de notre République, de ses fondements lourdement sapés et qui fait le beau jeu du fais-moi peur avec l’extrême-droite alors que cette politique applique déjà des lois anti-sécuritaires, anti-étrangers et pour tout dire même anticonstitutionnelles puisque contre la Constitution on dépèce les territoires, on en modifie l’organisation à des fins centralisatrices sans prendre l’avis du peuple français.

Nous sommes bien au degré zéro de la démocratie républicaine partitaire et au cœur d’un coup d’Etat intérieur dirigé de Bruxelles qui veut imposer aux peuples d’Europe un nouvel esclavage au service du système financier et des grandes sociétés, de leurs actionnaires. La crise c’est eux pourtant. Ils veulent un peuple de France docile, décervelé de tous ses acquis, un peuple soumis. Ils avancent à toute vitesse dès fois qu’un retournement des urnes les prive de leur pouvoir de nuisance en 2015.

Bien sûr des voix s’élèvent encore à gauche mais en désordre et bien assises sur la défense de leur dernier bastion électoral et des mandats qu’ils confèrent, qui leur permettent de survivre encore un peu. Rien ne sera possible sans remise en cause de la Constitution actuelle, sans un mouvement vaste et citoyen qui avec eux ou sans eux permettra une Constituante redonnant la souveraineté au peuple de France.

Parler ainsi de 6e République c’est bien mais qui va décider de son contenu, des formes de représentation nationale et européenne avec quel système électoral ? En ligne, nous sommes des centaines de milliers à avoir signé une pétition pour changer de constitution et alors ? On nous propose de twitter tous en même temps le même jour pour dire quoi ?

Le fond du problème est que nous ne sommes pas capables de descendre de la rue et de dénoncer la dictature des institutions de la 5e République : elles permettaient le pouvoir personnel et la dictature d’un homme sur un peuple : nous y sommes. Notre République est défaite, défunte. Basta.

Patrick Pérez Sécheret

 

*Hier soir sur TF1. Je pensais boycotter mais je voulais savoir à quel degré de déliquescence nous en étions du côté de l’Elysée. J’ai vu et entendu Dafoirius…