Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Arbeit macht frei !

Publié le 25 Avril 2012 par ruraledeprose

Comme l'écrivait Confucius : "Quand les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté". Un président de la République Française bégaie des mots pourtant lourdement chargés de sens et d'histoire à quelques jours de la re-parution de Mein Kampf en Allemagne...  Simple coïncidence. Au "Arbeit macht frei" qui ornait l'entrée des camps de concentration nazis (Le travail rend libre), il affirme "le travail rend libre". Ceci n'est pas un glissement sémantique mais un copier-coller de pensée nausébonde. Certains, parmi ceux des deux dernières générations, ne savent sans doute pas que les mêmes mots, les mêmes phrases ont été prononcés par Hitler et Pétain et bien d'autres. Que ces mots et ces phrases ont conduit à l'holocauste. D'abord, bien sûr, on ne s'en prit qu'aux invalides, aux handicapés, aux communistes, puis aux socialistes, aux juifs, puis aux démocrates... Les uns attendirent leur tour avant de protester : il fut trop tard.

Aujourd'hui, haro sur les SDF, les RSA, les CMU, les chômeurs(ces profiteurs!) mais déjà sont mis à mal les contrats de travail des actifs, leur statut... A qui le tour demain pour maintenir un seul objectif : la soumission du peuple au diktat des financiers et des actionnaires?

Alors, Résistance!

commentaires

Sahara occidental : un peuple oublié?

Publié le 4 Avril 2012 par ruraledeprose

J’ai participé à la conférence qui se tenait le 3 avril à l’Assemblée Nationale concernant le Sahara occidental, à l’invitation du député Jean-Paul Lecoq, membre de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Il s’agissait de préciser à nouveau que le respect du droit international vaut pour tous les peuples et donc le peuple sahraoui dont l’autodétermination et le respect de la liberté d’expression au Sahara occidental occupé par le Maroc sont bafoués. Cela avec la complicité de la France qui met son veto aux résolutions de l’ONU notamment celles concernant l’obligation des droits de l’homme et des droits du peuple sahraoui, sa protection par la MINURSO en vertu de la convention de Genève contre les violences marocaines.

 

La France doit respecter la Charte des Nations Unies qui stipule « Nous les peuples des Nations Unies dans l’ONU décrétons l’égalité des peuples et des nations à disposer en toute souveraineté ». L’invasion du Sahara occidental en 1975 par le Maroc (suite au départ de l’Espagne) est une violation et une agression reconnue par l’ONU qui dans une résolution de novembre 1975 demandait le retrait des troupes. Depuis, le pillage des richesses naturelles du territoire occupé spolie les Sahraouis qui sont victimes de violences et ne peuvent exercer leurs droits élémentaires. Derrière un mur de 3000 kilomètres édifié par le Maroc le peuple sahraoui vit dans des camps de réfugiés depuis 30 ans. Toute une génération n’aura connu que ces conditions de vie...

 

Cette situation indigne perdure. La conférence avait le mérite d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle française pour que cesse la complaisance vis-à-vis du pouvoir marocain et pour que le droit international soit appliqué et que cessent donc les violations des droits de l'homme. 

La cause Sahraouie n’est pas une cause perdue, il faut briser le silence !

 

Pour s’informer et soutenir l’autodétermination du peuple sahraoui :

autodeterminationsahraoui@gmail.com ou auprès de l’AARASD/France.

commentaires

printemps

Publié le 2 Avril 2012 par ruraledeprose

je vois le printemps je l'évite

à la ville je soustrais le minéral

je marche dans mes collines nonchalant

tel un animal

j'ouvre ma chemise

au vent nouvent

je vois le printemps

les futures cerises

et je le rate en confusion

d'une passion

tout ce vert tendre aux cîmes

à l'abandon

tout ce frétillement de l'âme

sur le visage des passants

je rate le printemps

excusez-moi s'il vous plait

ou pas

et je l'aime

je rate ma vie en vains poèmes

les autres m'assaillent

je suis dans la bataille

je rugis je tracte

le monde n'est pas mon nombril

mon désamour mon spleen

le monde est-là devant

gerbe folle d'espoir de sève

dehors debout dérisoire

éphémère printemps

je rate le printemps pour un printemps plus grand

de l'humanité

je marche dans mes collines cévenoles

un chien fou sur mes pas

un vieil amour floué

à mon épaule

il fait beau que j'en meurs

à petites goulées

il fait beau en fleurs

le printemps a les jambes

dénudées

le corsage froufroutant

à la lisière des bois

je vois le printemps aux abois

entouré de morts-vivants

je vois l'avenir éclairé

j'ai la chanson du beau

à contre-pied

les bourgeons aux arbres éclatés

de guerre tendre

dialectique obstinée

ton prénom Etoile pour marée

 

2 avril 2012

commentaires

poème du Front

Publié le 2 Avril 2012 par ruraledeprose

L’à présent

 

J’ai voulu écraser du poing

sur la table l’inhumain

mettre mon prochain

au centre de la terre

           

J’ai voulu la misère

s’évader des trottoirs

la jeunesse changer d’air

j’ai voulu vouloir

 

J’oubliais simplement

n’être pas seul

et nos mots des printemps

nos visages des glaïeuls

 

Feu sur la solitude 

le Front rouge grenat

ouvre bouches et bras

d’une belle humanitude

 

18 mars 2012 , la Bastille.

commentaires