Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Les territoires de la République à l’abandon

Publié le 13 Mai 2015 par ruraledeprose

Les territoires de la République à l’abandon

Une note de conjoncture émise par la Banque Postale indique que les collectivités locales en France ont perdu 9 % de leurs ressources en dix ans : plus de 9 milliards d’Euros. 6,5 milliards en moins de deux ans ! Cette somme énorme est ponctionné par l’Etat via la réduction des dotations que celui-ci versent pour financer les transferts de ses charges, de certaines de ses compétences, voir des suppressions d’impôts (taxe professionnelle, vignette automobile par exemple) sur les dites collectivités avec une perte sèche de 80 000 emplois.

Ce hold-up sur les ressources des collectivités locales, des communes en premier lieu, a pour conséquence pour celles-ci de renoncer ou de reporter des investissements utiles aux habitants pour financer la dette de l’Etat ! Hors, la dette des collectivités ne représente qu’à peine 8% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays sur un an.

Cette politique réduit l’investissement des collectivités qui représente pourtant 75% de l’investissement public en France et près d’un million d’emplois dans le bâtiment et les travaux publics. Cette politique réduit les réponses aux besoins des habitants déjà frappés par la crise et l’austérité, cette politique paupérise des territoires et aggrave les inégalités à l’heure où les discours prétendent qu’il faut intervenir massivement pour les réduire.

L’Etat joue avec la paix sociale et ses désengagements vont produire des réductions d’emplois et la création de richesses en biens et services d’intérêt général qui pourtant participent à la croissance.

Dans quel but autre que de réduire un déficit de l’Etat devenu le prétexte de ces politiques de régression sociale et économique dictées de Bruxelles et soutenues à main forte par l’Allemagne pour ses propres intérêts ? Quel but autre qu’une absolution donnée au tout marché, à la toute concurrence c’est-à-dire à une organisation mercantile de l’ensemble de notre société sur le dos de l’ensemble des populations ?

Cela ne peut conduire qu’à la révolte, à l’insubordination, au rejet d’une démocratie éreintée de mensonges, de promesses non tenues car ce retour en arrière inédit depuis le retour à la paix en Europe voici 70 ans fabrique une multitude de repliements sur soi, de divisions catégorielles, de communautarismes religieux et autres, de circuits mafieux …

Au marché pour tous, le chacun pour soi répond en autodéfense et peut conduire à la pire issue : l’autoritarisme et le fascisme. Nous en prenons le chemin en criant au loup FN mais en fait celui-ci est déjà installé à l’Elysée et à Matignon dans les faits et dans les esprits. Seul le CAC 40 en sourit avec les grandes firmes apatrides qui rachètent leurs propres actions pour augmenter le pactole de leurs actionnaires avides de profits ou doter d’une retraite colossale leurs anciens dirigeants…

Le vide créé par le déficit démocratique et l’imposition d’une régression sociale profonde et durable appelle une réaction d’autorité pour perdurer, pour liquider ce qu’il reste d’opposition de plus en plus inaudible même si la réalité demeure qu’une majorité souffre et qu’une minorité se goberge comme jamais sur son dos avec la connivence de l’Etat, de presque tous les Etats de l’Union européenne.

Pourtant, il faut continuer à croire que demain le soleil se lèvera, que l’on pourra continuer de tenter d’être heureux dans un environnement peuplé de prédateurs et de cauchemars climatiques qui produiront des hécatombes humaines inimaginables (montée des eaux, manque d’eau, raz-de-marée, etc).

Ne pas y croire serait laisser-faire un point de non-retour pour ceux qui viennent et qui viendront après nous, ce serait nous dissoudre en conscience.

Copyright 2015 – patrick pérez sécheret.

Commenter cet article