Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
journal des écritures

critiques d'art et littérature, humanisme et résistance, poésie, chansons

Raoul Jean-Moulin : un grand critique d'art nous a quitté

Publié le 23 Décembre 2014 par ruraledeprose

Le décès de Raoul Jean-Moulin (1934-2014) me renvoie tout à coup à des décennies d’initiatives pour l’art contemporain, à la vivacité de sa plume pour le soutenir, le faire  connaître.

 Nombre d’artistes reconnus, connus ou non, lui doivent quelques lignes dans la presse pendant des décennies et ainsi une certaine reconnaissance et notoriété auprès des publics. Critique d’art pertinent, parfois acerbe, commissaire d’expositions, Jean-Moulin donnait ainsi à voir, à visiter, à connaître des œuvres d’art contemporain à travers ses articles et critiques dans Les Lettres françaises dirigée par Louis Aragon et dans l’Humanité. Pour ma part, je me souviens de son article, dans l’Humanité en 1977, consacré à l’exposition des fleurs du peintre turc Abidine Dino, l’une des fleurs magnifiques étaient sous-titrée d’un vers de son ami poète Nâzim Hikmet : « Je suis dans la clarté qui s’avance ».

Raoul Jean-Moulin devint par la suite directeur du fonds d’art contemporain du département du Val-de-Marne et l’un des précurseurs et fondateurs du Musée MAC-VAL, le premier du genre hors Paris en Ile-de-France, à Vitry-sur-Seine.

 Pour cet homme au regard vif les arts plastiques donnaient à voir, la réalité et tout autant l’imaginaire et l’utopie. Il avait une constante d’approche afin que les œuvres soient accessibles au plus grand nombre de gens possibles. Son décès nous remémore nombre d’initiatives pour l’art sous toutes ses formes.

 Au-delà du Val-de-Marne et de Vitry-sur-Seine, son engagement culturel de grande qualité pour l’art contemporain mérite un hommage sur mesure. Il nous lègue un fonds conséquent que le Musée enrichit tout comme le prix international de peinture « Novembre à Vitry » auquel il ne peut qu’être associé et qui vogue vers ses quarante ans.

 

Copyright 2014 – Patrick Pérez Sécheret.

Commenter cet article